®
L'abeille charpentière (Xylocopa violacea)



J'aime assez butiner les fleurs de vos glycines
Et pondre mes enfants à l'abri des regards
Dans la souche pourrie du grand chêne têtard
Qui fut abattu, car il gênait la voisine.

Il m'arrive quelquefois, pensant gagner du temps,
Pour aller des bourraches jusqu'à vos pulmonaires,
De passer par la pièce où vous vivez souvent,
Où dès qu'il fait trop chaud, vous faites des courants d'air.

Mais qu'un huis soit fermé, me voilà prisonnière
Par un mur invisible où je vois à travers
Je me cogne, je m'énerve, je me mets en colère…

Alors, vous me prenez sur la paroi de verre
Pour me mettre dehors.

_________________Je ne vous pique pas,
Car, parmi les abeilles, si je suis la plus grande,
La plus rapide aussi, __ ce n'est pas une légende __,
Je ne suis, ni violente, ni même combative.

Je ne connais pas le sens du mot agressive.

Je cherche à m'échapper en écartant vos doigts.
Chaque fois, j'y arrive.
_________________Dès que je suis dehors
Avant de m'en aller, tout près de votre de nez,
Je vole en stationnaire.
_________________C'est pour vous remercier
De m'avoir évité un bien funeste sort.

*