®
Le verdier d'Europe (Carduelis chloris)


Cela fait des années que j'apprécie vos ifs
Dans lesquels ma femelle cache aussi bien le nid,
Dont vous apprécierez qu'il est très bien fini,
Même si l'extérieur fait approximatif.

Dès qu'arrive le printemps, sur l'antenne du toit,
Je crie mon roulement en un trille sonore
Ou alors je m'élance et chante le plus fort
Que je peux, ma chanson et donne de la voix.

Comme le serin cini ou comme la pipistrelle,
Je survole mon domaine d'un vol papillonnant
Avant de me poser et d'agiter les ailes
Au plus haut du sommet de l'arbre dominant
D'où je vois les mangeoires qui fournissent en hiver,
Des graines de toutes sortes à des oiseaux divers
Qui attendent patiemment qu'enfin j'ai terminé
Et de prendre mon temps et d'avoir déjeuné.

Je fais, je dois le dire, la loi dans le quartier.
La mésange charbonnière ne s'aventure pas trop…
Même les pierrots gourmands patientent dans les bouleaux
Que je m'en aille repu, des graines plein le gésier.

Je n'ai rien d'agressif. Je suis un peu gourmand
Ou bien le digestif m'oblige plus souvent
Á manger davantage ou un peu plus longtemps
Ou bien ce que je mange n'est guère énergisant ?

Parmi tous les fringilles, je suis un des plus forts…
Avant de me lâcher, les Dieux croyant à tort
Que j'étais un peu gros, dans la bague de Thor
Testèrent mon calibre et au prix d'un effort,
Je passai, non sans peine.

_____________Mais sur l'aile, sur le bord,
Je gardai, à jamais, deux beaux liserés d'or.

*