®
Trahisons ordinaires



Un chacal maigre et fourbe avait fait sécession
D'avec son ami loup pour affaire de portion
Qu'il fallait partager sur la proie abattue.
Comme Loup voulait tout, le chacal disparut
Et sitôt que le firent, en miasmes pourrissants
Les valeurs sociétales, il revint dans l'instant.

Chacun de s'esbaudir face à la trahison
De l'animal roué, perfide et déloyal,
Oubliant aussi que même chez les moutons,
Quelques-uns parmi eux valaient bien le chacal.
À l'époque où le loup tenu loin du pouvoir
Par quelques artifices mis au point par les bœufs,
Ils avaient apprécié ses voix dans l'isoloir
Qui les feraient élire, mais sans les rendre honteux.

Quelque autre ayant, jadis, préféré l'Angora,
Retourna, chattemite, sa toison et jura
Au Bélier, son ami, qu'il lui serait fidèle,
Comme l'est la maîtresse qui garderait ses ailes.

Le Bélier sut se taire, en faire le moins possible,
Car sitôt qu'il l'ouvrait, il devenait risible.
Les moutons, fins stratèges, attendirent que les bœufs
Leur fissent leur campagne, de l'Olympe, les Dieux.

L'oie rieuse (Anser albifrons) / 30 avril 2002 / «® / ©»