®
Satanstration par a + b



Demain, c'est jour de vote. Je crois bien deviner
Que les moutons seront en grande majorité,
À la place des bœufs, élus à l'assemblée.

Les canards dans la presse y trouvent un intérêt
Pour la stabilité et pour le bien commun,
Car, disent-ils, ils sont sûrs, absolument certains,
Que les moutons élus, étiquette UMP, œuvreront,
Ils le jurent, pour les bêtes qui paissent,
Toutes, sans exception, quelle que soit leur espèce,
Au pays des pâtures…
_________________Jamais, au grand jamais,
Pour la seule clientèle qui leur fait élection.

S'ils croient au Père Noël, ils l'auront dans le fion.

Manquent-ils de mémoire ? Sucent-ils du bromure ?

Bélier n'a jamais su, au pays des pâtures,
Tenir, même une seule de ses nombreuses promesses.
Dans les sens du poil, il sait faire des caresses
En croquant une pomme et oublie la fracture
Qu'il voulait réduire au doux pays des pâtures.

Même s'il était honnête, (après tout pourquoi pas,
Les juges les moins bêtes ne le poursuivent pas),
Il y a Ragondin, Vanneau et puis Virus qui,
S'ils obtenaient tout en voudraient encore plus.

Ceux-là et tous les autres se diront, je le sens,
À vingt heures, dimanche soir, peut-être même avant
Qu'ils seraient vraiment bêtes de n'en profiter mais,
Que le Loup, le déluge et les calamités,
Ils s'en foutent comme d'une guigne, leurs vieux jours assurés,
Qu'ils ont tous une place sur l'arche de Noé
Et que s'ils sont élus, c'est qu'ils pourront siéger
À la droite des Dieux ou bien sur leurs genoux.

Tant pis si la Vipère vient remplacer le Loup,
Comme celle qui sévit dix ans sur les Balkans.
Ils auront disparu aux îles Caïman.

L'hirondelle des fenêtres (Delichon urbica) / (15 juin 2002) / «® / ©»