®
Rancune


Quand ton bateau a chaviré
Sous mes assauts, qu'il a cassé
Toi, matelot, tu as coulé
Et dans mes flots, je t'ai noyé,
Pour toujours privé de ta mère,
Quand moi la mer, j' t'ai emporté.
Dans mes coureaux, décomposé
Même mes oiseaux ne t'mangeraient.

Tes oripeaux sont déchirés,
Tes chairs, tes os, dilacérés,
Toi, matelot, devenu laid
Quand t'étais beau, les filles t'aimaient.
Prisonnier de mes laminaires
Je t'ai soustrait au cimetière
J'ai pris mon lot, je suis vengée
Et mes tourteaux vont s'régaler.

Ô matelot, tu m'as blessée
Quand dans mes eaux, de ton filet
Comme une faux m'a traversée
Comme un couteau m'a bien saignée
Pour capturer mes fils, mes frères
Mes colinots et mes Saint Pierre
Ô matelot, t'as mérité
Comme tombeau, mes araignées.

Ô matelot, si je le voulais
Tous tes canots j'les coulerais
Pour les maux que j'ai endurés
Les cabillauds que j'ai pleurés
Je te condamnerais aux enfers
À tenir chaud à Lucifer
Ce qui est rigolo, tu sais :
J'ouvre mes tombeaux quand ça me plaît.