®
Même la mort est défaite


Parfois il me revient des bribes de ce temps
D'un dimanche d'été passé à Poul Fétan
Le corps las d'une nuit où nous fûmes amants
Nos doigts serrant nos doigts et nos mains fortement.

Partout dans Penquesten, la fête battait son plein,
Les gens applaudissaient et agitaient les mains.
Avaient-ils deviné que notre histoire d'un jour
S'écrivait comme légende, de celle qu'on lit toujours ?

Quinze années ont passé et l'érosion du temps
Qui a beaucoup marqué autour de nous les gens,
Nous aura épargné et laissé jeunes autant
Qu'en ce jour, nous étions, en ce commencement.

Même la mort est défaite, autant que ça t'arrive
Quand nos corps font la fête, bien trop loin de la rive,
Et vaincus, qu'on se noie, nos âmes à la dérive.
Même la mort est défaite afin qu'on lui survive.

Même la mort est défaite et elle n'y pourra mais.
Incapable qu'elle est qu'on nous oublie jamais.
Elle peut nous menacer, pour sûr, de sa vindicte,
Mais qu'elle sache, dans ce cas, que nous deux, on la nique.