®
M'enfin !


Je fais gaffe où je mets les pieds
Y a des escargots qui balisent
J'essaie de ne pas les écraser
En tout cas, j'n'en fais pas exprès.

La vie, c'est un bien trop précieux
Pour la détruire, juste par bêtise
La vie, c'est un bien trop précieux
Je fais gaffe où je mets les pieds.

Je fais gaffe où je mets les genoux
Pas sur le pavé des églises.
Á Dieu, je n' ferai pas les yeux doux
De son paradis, je m'en fouts.

La mort, c'est pareil à l'ankou
J'ai pas besoin qu'on m' l'exorcise.
L'amour, je n'le fais pas debout
Je fais gaffe où je mets les genoux.

Je fais gaffe où je mets les doigts.
Paraît que le Sida nous guette ?
Le pape l'a dit maintes maintes fois :
L'index, tu le capoteras !

Mais quand qu' c'est y qu' tu m'aimeras
Quand tous les jours ce sera fête
Mais quand qu' c'est y qu' tu m'aimeras
J' suis sûr de pas m' brûler les doigts.

Je fais gaffe où je mets la main
Jamais sur les fusils de guerre
Que déclarent les politiciens
Au terme d'une poignée de main.

Rêvons d'une Planète demain
Débarrassée des militaires
Qui n'ont donné que du chagrin
Jamais de très bons musiciens.

Je fais gaffe où je mets les roues
Jamais l'hérisson ne renverse
Je ne roule pas comme un fou
Et je ne bois pas comme un trou ;

Je peux rater mon rendez-vous
Si j'évite le gosse qui traverse
Même s'il devenait un voyou Qu'il faille lui couper le cou.

Je fais gaffe où je mets mon vote
Puisque je vote nullement.
Je ne suis pas bon patriote
Qu'on baise avec une carotte.

Je ne serai pas Don Quichotte
Fonçant sur les moulins à vent.
Y a vraiment trop de lèches bottes
Qui couchent avec les despotes.

Je fais gaffe où je pose les yeux
Sauf sur les filles, j' suis une crapule
Des souvenirs quand je serai vieux
Obligé d'être vertueux.

Mais si tu veux, où, quand tu veux
Je t'emmène voir les libellules.
On fera comme les amoureux
Ce que tu veux, si je le peux.

Je fais gaffe où je pose la tête
Quand je m'assoupis sur ton cœur
Sur le pont de ta goélette
Et bien au chaud dessous ta couette.

Y a des fragrances qui m'entêtent
Tu es parfumée comme une fleur
Je fais gaffe où je mets ma tête
Quand le moment tient de la fête.

Je fais gaffe où je pose mes fesses
Sur le tabouret d'mon piano
Sur mon fauteuil qui s'affaisse
Je me fais des cures de paresse.

Ou sur la mousse, je le confesse
Pour écouter les p' tits oiseaux
Surtout si c'est l'heure de la messe
Que, sans vergogne, je délaisse.

Je fais gaffe aussi à mon temps
Il m'est compté, ne m'en déplaise.
Je n'écoute plus les boniments
Que servent tous les bien-disants.

Je vais ma route, bon an, mal an.
Elle me conduit au Père-Lachaise.
Mais je m'en fouts, j'ai tout mon temps.
Je veux bien mourir, mais bien vivant.