®
Manifestation



Aujourd'hui et partout, le peuple des pâtures,
Les moutons exceptés, a envahi les champs,
En bon ordre toutefois, sans briser les clôtures
Et j'entendis surtout : « Le loup, c'est un méchant.
Il faut voter Bélier. Jamais plus il ne faut,
Au nom des libertés, voter au premier tour,
Pigeon, Roussette, Putois ou Cheval de retour.
Seule la pensée unique nous tiendra bien au chaud !
»

Ça, c'est moi qui l'ajoute, car si j'ai bien compris,
Personne n'y a pensé ou si quelqu'un l'a fait,
A tenté de le dire, on l'aura étouffé
Personne n'écoute personne quand tout le monde crie.

Pour être entièrement, je le dois, objective,
Des partisans du loup, je suivis, attentive,
Leur manifestation dans laquelle, ô surprise,
Leur chef ne parla guère de celle qu'il avait prise
Pour modèle, égérie : La brebis en armure,
Qui entendit des voix et brouta les chardons,
Les poireaux et les roses poussant dans les pâtures.
Et mourut calcinée pour une bonne raison.
Il s'en prit au Bélier qu'il traita d'incendiaire.
Lui, ferait un pompier, s'il le mettait à terre.

Le cheval de retour vendit ses brins de foin,
Pour pouvoir s'acheter ration de picotin.
Son score l'avait ruiné, il lui fallait du blé,
Sinon ses juments lui mettraient une avoinée.

Tout le monde oublia qu'en ce jour, c'est la fête
Qui réunit tous les besogneux de la Terre.
D'aucuns criaient victoire, d'autres pensaient défaite,
Personne n'eut un mot pour les sous-prolétaires.

L'oie rieuse (Anser albifrons) / 1er mai 2002 / «® / ©»