®
Lande


Dis-moi
Entends-tu le vent qui
Remue les ajoncs et dérange la pitchou ?

Dis-moi
Sens-tu l'air frais qui mouille
La feuille du bouleau et trempe les pouillots?

Les lapins se prennent tous pour des korrigans
Et l'Ankou nous fait croire qu'il est engoulevent.
Alors la lande se grise dans l'obscurité
Et le merle fait comme si, il était fâché.

Vois-tu
La lune qui se cache
Dans le nuage noir, au ciel, comme une tache ?

Vois-tu
L'étoile qui palote
Elle brille pour éclairer la route des hulottes ?

Le chevreuil agacé qu'on l'ait dérangé
Aboie et s'enfuit sur la pointe des pieds.
Le renard en maraude, d'un seul bond, d'un seul
Au mulot qu'il a tué, lui offre un linceul.

Sens-tu
L'humus nous entête
Quand la rosée stimule les actinomycètes ?

Sens-tu
Le froid qui s'insinue.
Viens plus près si tu veux pour bien te réchauffer

La nuit noire. Il est temps. Il faudrait rentrer
Prend ma main, le chemin est bien mal pavé.
Sous ta couette, je t'invite à aller rêver
De froideur sur la lande dans ton nid douillet.

Là-bas
Une étoile a filé
Pour allumer d'un coup toute la voie lactée.

Au-loin
Un chien aboie au loup
Qu'il offre sa pâtée pour être libéré.

L'araignée tisse des colliers de rosée
Où des milliers de lunes sont emprisonnées.
Une pression de ta main comme un long discours
Sur la mienne qui répond : pourquoi pas, toujours.