®
Harde !


Le vent souffle en tempête.
Les vieux cerfs font la tête.
Ils ont peur pour leurs bois
Qu'ils ne se déracinent
Et tombent dans des racines
Où ils se cachent parfois.

Le vent, avec violence,
Agite en cadence
La queue des biches qui viandent.
Toute la petite bande
Métronome et s'avance
D'un petit pas de danse.

Soudain, l'une d'elles s'arrête
Et relève la tête,
Pointe le nez au vent,
Agite les oreilles,
Mâche encore un moment
Une feuille d'oseille.

Descend dans un fossé,
S'éloigne de l'allée,
Se cache sous les tiges.
Les autres bêtes se figent
Et sans avertissement,
Détalent prestement.

Il ne reste bientôt plus
Qu'un souvenir diffus
D'un instant plutôt rare ;
Qu'une odeur bizarre
Qui flotte, pour un instant,
Colportée par le vent.