®
Où sont parties les gazelles ?


Les zèbres et les gnous et les gazelles itou
Étaient donc repartis, leurs jambes à leurs cous
Loin du roi des Savanes* qui comprit la leçon
Et proposa de suite, sa grâce et son pardon
Pour les bestiolitaires, maintenant débonnaires,
Quand huit jours plus tôt, ils étaient sanguinaires.

On n'évoquait donc plus leur dangerosité.
La baguette magique avait tout effacé.
Ce qui posait question ou bien faisait scandale
N'était plus évoqué, pas même dans le bocal
Où l'on se réjouissait par avance du bonheur
Des familles qui bientôt retrouveraient les leurs.

Les lionceaux orphelins arrachés à leurs mères
Pour quelque destinée pas franchement très claire ;
Pour devenir - qui sait ? - de gentils volontaires
Pour tester des remèdes pour soigner Alzheimer…
Les lionceaux orphelins, devenus secondaires,
Ne valaient plus que l'on parlât de leur calvaire.

On oublierait bien vite cette histoire fangeuse.
Le silence convient aux affaires délictueuses.
Les moutons et les bœufs sont des bêtes dociles
Ravis d'être béats sans humeurs atrabiles
Tant qu'elle tourne encore, la roue de la fortune,
Qu'ils imaginent qu'elle va leur décrocher la lune.

7 février 2008 / «® / ©»



* Le roi de ce pays s'appelle Gerboise azurée.