®
Gabrielle


Voilà, tu es venue.
On ne t'attendait plus !
On avait même cru, finalement,
Que t'avais décidé
De rester à jamais
Dans le ventre bien rond de ta maman.

Gabrielle, Gabrielle,
Ma petite demoiselle,
Te voilà venue au monde
Prends ta place dans la ronde.
Alors, vite, tu sauras
Qu'il te faut savoir les pas,
La cadence, pour la danse
Car elle ne s'arrête pas…
La cadence, pour la danse
Quoi qu'on fasse, on n'en sort pas !

Même si rien ne presse
Ma bien jolie princesse
Il faut que tu apprennes, dès maintenant
À éviter les pièges
Avant qu'on ne t'assiège.
Des tas d'cons nous cernent, opiniâtrement.

Alors, sois toujours prête
Car, rien ne les arrête
Il y en a même qui ont l'air charmant.
Même quand ils se reposent
Ils ne font pas de pause
Et ils se clonent, subrepticement.

Gabrielle, Gabrielle,
Ma petite demoiselle,
Pour qu'un jour tu les confondes
Il faudra qu'on te réponde
Qu'on t'explique et qu'on te dise
À quel niveau de bêtise
Ils se plaisent et se complaisent
Rien qu' pour embêter les gens
Ils se plaisent et se complaisent
Car, pour sûr, ils sont méchants.

Ils ont toujours à dire
Et surtout à maudire
Les pauvres et les nègres, les sans-logement.
C'est vrai que ça coûte cher
De laisser sans rien faire
Tous ces chômeurs, des fainéants.

Au restaurant du cœur
Ils donnent à contrecœur
Car le crédit d'impôt est insignifiant.
Ils rient, ils sont benaises.
Ils prient pour Benoit XVI
Et voient des terroristes dans chaque musulman.

Gabrielle, Gabrielle,
Ma petite demoiselle :
Quand elles sont nauséabondes
Leurs idées sont très fécondes
Elles s'instillent dans les neurones
Jusqu'à devenir synchrones.
Tout le monde parle de ça
Ça fait la une des médias
Tout le monde ne pense qu'à ça
Et boit du coca-cola.

Qu'on leur fasse la promesse :
Du cul, des jeux, des fesses
Ou bien qu'à la télé, on les voit dedans.
Ils sont prêts à voter
Même pour un chien coiffé
Surtout s'il est pitbull et montre les dents.

Surtout s'il est haineux
Et appelle de ses vœux
Qu'on vire tous les bougnouls en Afghanistan.
Les métis et les beurs
Pareils ! Dans un charter
Qui n'aurait pas volé depuis vingt ans.

Gabrielle, Gabrielle
Ma petite demoiselle
Bienvenue dans notre monde.
Que tourne la mappemonde,
Aujourd'hui, c'est comme ça
Faut si faire, moi, je peux pas
Sur les cases du jeu de l'oie
Je ne veux pas marcher au pas
Sur les cases du jeu de l'oie
Si tu cries, on ne t'entend pas

Tu t'en fouts, je suppose
Pour l'instant, tu reposes
À moins que tu ne têtes ta maman
Le monde qu'on t'a fait
Est devenu bien laid.
J'ai honte, dès le matin, en me levant.

Il nous a échappé.
Beaucoup par lâcheté
Aussi parce qu'on est souvent impuissant.
Les cons sont très nombreux.
Ils ont bien joué leur jeu
Sauf que c'est pas un jeu et que c'est navrant.

Petite fille d'un jour,
Tant qu'il y a de l'amour
À offrir en partage… Oui !… mais pourtant
Ça ne suffira pas
Un jour, c'est sûr, faudra
Qu'on leur botte le cul, c'est pas déconnant.

Gabrielle, Gabrielle,
Ma petite demoiselle…
La la la la…