®
Sed Flexécurité


Virus* est à ma botte, affirmait Chlordéconne**.

" Il pérore et parfois, il me traite de conne
Quand dans l'excitation qui suit son élection,
Il ne veut pas entendre mes félicitations.
Pourtant il faudra bien qu'il fasse ce que je dis
S'il veut profiter de tous les maravédis,
Des bateaux de croisière et des jets privés
Que Gambette*** lui agite sous le bout de son nez.
Et puis, à l'occasion, car c'est un trublion
Qu'il faut tenir aux cornes et par les ganglions,
Je lui colle dans les pattes des brebis peu farouches
Pour jouer à saute-mouton, quand il veut, dans les ouches.
Pecora4* a son choix. C'est la dernière en date.
Au pied des pyramides, il peut goûter aux dattes. "

" Il faut qu'il parachève cette œuvre commencée
Depuis maintenant plus d'une trentaine d'années,
Obligeant les moutons et ce, ad libitum,
À bosser sans se plaindre, comme des bêtes de somme.

" Je ne sais plus très bien qui en a eu l'idée
De ce qui deviendrait la flexibilité.
Le mouton besogneux tire sa force du troupeau
Dans lequel il se fond et, comme les gouttes d'eau,
Il ressemble à son frère qui, le soir au tripot,
Lui raconte misère en buvant son Bordeaux.
Les syndicats, dès lors, ont la partie facile
De tous les fédérer, dans la rue, qu'ils défilent
Afin de réclamer des salaires et des primes
Qu'il nous faut consentir et cela nous déprime.
Il était loin le temps quand, pour cet odieux crime,
Le soldat nous aidait afin qu'on le réprime. "

" La cause de tous nos maux, c'est le collectivisme.
Poussons les misérables dans l'individualisme.
Faisons donc entrevoir à chacun son mérite
Qui lui vaut un salaire et une grosse pépite,
Comme une récompense pour les bons salariés,
Dont il ne faut rien dire pour ne pas attiser
La convoitise des bêtes qui n'ont aucun talent,
Totalement dénuées de tout critères classants. "

" Les syndicats sont tous devenus archaïques.
Augmenter les salaires, ce n'est pas mécanique
Dépendant seulement de l'âge ou l'ancienneté.
Il faut qu'on en discute avec chaque ouvrier.
Offrons-leur deux actions. Parlons de qualité,
De notre bonté d'âme et de sécurité. "

" Alors, je vous le dis, ce sera le miracle.
Les syndicats vaincus offriront le spectacle,
Enfin, de leur défaite et de leurs divisions.
Nous leur ferons signer jusqu'à leur reddition. "

" Personne ne pourra plus maintenant empêcher
Que le code du travail finisse comme déchet,
Que les classes labourieuses du peuple des Pâtures
Nous supplient pour rester dans nos manufactures.
Nous n'aurons plus besoin de délocaliser.
Nous aurons des esclaves prosternés à nos pieds. "

" Le plus drôle de l'affaire, c'est que le responsable
Pour le peuple en colère, sera ce misérable :
Virus qui avait su, avec démagogie,
Convaincre les ouvriers d'aller voter pour lui. "


17 janvier 2008 / «® / ©»



* Virus est président des Pâtures.
** Chlordéconne est la patronne des patrons.
*** Gambette possède des jets privés et des bateaux de croisière.
4* Pécora est une brebis transalpine. On dit qu'elle est de gauche et adroite.