®
Les félons sont forfaits


Virus* était donc mort, politiquement au moins.
Ses amis le trouvaient bête à bouffer du foin,
Oubliant, sans vergogne, qu’ils en faisaient autant
Quand l’intérêt dictait qu’ils fussent courtisans,
Godillots à la botte du petit Caligule**
Dressé sur ses ergots et son pouce dans leur cul,
Votant comme des veaux toutes ses lois iniques,
Sans autre but avoué que d’être sarcostiques,
Pour humilier les peuples, les priver de gazon,
Pour le bien des Pâtures et se faire du pognon.

Au gré d’une élection et d’une déconfiture,
Barbons et députés du pays des Pâtures,
Menacés de tout perdre, s’arrêtaient de bêler,
Contestaient les réformes qu’ils avaient tous votées,
Remettaient en question le bouclier fiscal,
Qu’ils trouvaient maintenant injuste et insocial,
Surtout avec la crise finanço-financière,
Dès lors que les moutons et les bœufs, en colère,
Ne votaient plus du tout ou alors pour le Loup,
Et parlaient déjà fort de leur couper le cou.

Virus n’était plus en odeur de suinteté.
Il fallait le virer, mais sans brutalité
Pour la raison surtout qu’il avait des amis
Encore assez puissants contre ses ennemis.
On entendait alors, qu’en temps que candidat
À sa réélection, il fallait en faire cas…
Qu’il faudrait des primaires qu’il perdrait à coup sûr
Pour qu’on lui botte le cul du pays des Pâtures.
Il se trouvait déjà un mouton prétendant,
Pour le bien des Pâtures, qu’il était élégant.

Qu’il serait naturel qu’on le choisisse afin
Que s’accomplisse enfin son fabuleux destin
Qui voudrait, qu’en népote, il soigne ses copains,
Les puissants et les riches qui n’auront jamais faim.
Quant au peuple sur la glèbe condamné à glaner,
Qu’il ose la ramener, il saurait le châtier.
Virus avait laissé un bien bel héritage
De pitbulls et molosses, partout sur les herbages,
Des brutes forcenées qui n’attendaient que l’ordre
De fondre sur les moutons, ou les veaux, et les mordre.

2 avril 2010 / «® / ©»


* Virus est l'actuel président des Pâtures.
** Caligule est un des surnoms de Virus, donné à cause des talonnettes qui seraient censées le grandir !