®
***


Des ombres clandestines s'allongent sur la dune
Où des serpents de sable accrochent la lumière
Des phares des pêcheurs qui sirotent une bière
Et surveillent leurs lignes dressées jusqu'à la lune
Qui sort de son bain auréolée de brume,
Tandis que des gravelots courent après la vague
Dans le secret espoir de pouvoir retrouver
Le collier qu'ils perdirent, un jour de grand vent,
Ce jour même où les chiens attrapèrent tous un rhume.
Depuis, le nez bouché, ce n'est pas une blague !
Entre le cul la tête ne font qu'à se gourer
En se disant " Bonjour ! " C'est vraiment écœurant!