®
Dégringolade


Au pays des Pâtures, Virus* rétrogradait
Dans les sondages aussi, même ceux qu'ils commandaient
Bien qu'il fût sûr pourtant qu'ils seraient favorables,
Croyant que, tous, soumis le serviraient à table.
Mais le vent quand il tourne fait tourner les girouettes
Et tous les acrobates qui font une galipette,
Renient sans état d'âme leur foi ou leur amour
Pour celui qui les fit, puissants, dans sa basse-cour.

Au pays des Pâtures, les chroniqueurs avares
Se régalaient enfin de faits beaucoup plus rares
Que quelque faux grossier d'un mur qu'on abattît…
D'un mur infranchissable… Gare à vos abattis !
Que Virus aurait seul d'un seul coup de marteau
Fait tomber d'une pièce comme des dominos.
Mythomane ou menteur, Virus devenait mûr
Pour la chute, comme un gosse beurré de confitures.

Chaque mot, chaque geste n'était plus encensé.
Chaque mot, chaque geste était décortiqué
À l'empan de l'histoire de ce triste coco,
Perroquettant sans cesse, partout les mêmes mots.
Copié collé ! Copié collé ! Quelques-soient ces discours
Promettant toujours plus et surtout coures toujours
La charrue sans les bœufs, la vigne sans les ceps
Et si on te l'arrache, ce sera aux forceps !

10 novembre 2009 / «® / ©»

* Virus est l'actuel président des Pâtures.