®
Connard, on le savait ! Cornard, on s’en doutait !



Au pays des Pâtures, les poissons du bocal
Se demandaient comment dans leur feuille de journal,
Faire passer une info pour une simple rumeur,
Des ragots sur Virus* ne seraient qu’une erreur.


Le pauvre était cocu, trompé par Pécora**…
Méhari*** l’aurait dit, crié dessus les toits.
L’ancienne favorite, maintenant répudiée,
N’aurait bientôt plus que ses yeux pour pleurer.


Quelle bande de cons, tous les moutons savaient :
Virus et Pécora n’avaient jamais baisé.
Leur mariage arrangé était pure façade,
Une belle vitrine pour quelques ambassades.


Pécora avait, jusqu’à là, collectionné
Les amants, beaux, célèbres et fortunés.
Virus était petit et pas très bien monté,
Mais c’était la cerise sur la pièce montée.


Tout le monde se moquait bien de ses périodes de rut.
Au pays des Pâtures, c’était le règne de brutes.
Ils avaient tout cassé, la santé et l’école,
Le climat, la culture, le nord et la boussole.


Quiconque pouvait bien ramoner le méat
De belle Pécora, ne causait pas tracas…
Sinon qu’à déplorer que l’affaire politique
Était tombée bien bas, pour des histoires de nique.


Partout sur les Pâtures, on entendait les cris
Des moutons et des bœufs, et même des loups aussi
Que la faim tenaillait pour cause de chômage.
La révolte grondait partout sur les herbages.


Alors si d’aventure, Pécora s’affichait,
Avec de jolies robes et des colifichets
Qui coûtaient tellement cher qu’on avait plus idée
Du temps qu’il faudrait bosser pour les acheter.


Le peuple des Pâtures comprenait l’imposture,
Qu’on lui demande encore de serrer sa ceinture,
Se prive de l’essentiel, mette une croix dessus
Quand d’autres, sans vergogne, vivaient de superflus.


Le temps était venu que cessent les injustices
Pour d’autres plus graves, sans doute, au nom de la justice.
Qu’importe finalement que la peur change de camp…
Au pays des Pâtures, ça ferait du boucan !

12 avril 2010 / «® / ©»


* Virus est l'actuel président des Pâtures.
** Pécora est une brebis transalpine qui accompagne Virus dans ses voyages officiels.
*** Méhari fut la garde la plus diplômée des Sceaux de Virus.