®
Beurrée, mais pas défaite.



L'équipe des moutons, sans Zibeline Zébrâne,
A perdu face aux lions du peuple des savanes.
Et si ça continue, le bocal aux poissons
Á qui l'on a vendu, des matchs, les transmissions,
Va perdre du pognon et des parts de marché
Pour la publicité.
_________________Que baissent les actions,
Mulet, son directeur, ne fera plus son beurre.

Petit Poisson d'Arvor, de Morue, le mentor
Réclamera des têtes, car le jeu n'est pas fête.
C'est une affaire sérieuse comme peut l'être la guerre.

Sortons les mitrailleuses ! Que font les militaires ?

Qu'on pende l'entraîneur ou bien qu'on l'écartèle,
Car tant de déshonneur, d'une blessure mortelle,
Anéantit, pour sûr, le peuple des pâtures
Jusqu'à la fin des temps…
_________________Maintenant, il est temps
D'écouter le Bélier. Écoutons ses murmures,
Ô peuple des pâtures, en direct du Palais :

Mes chers compâturiotes…

Je suis blessurisé, c'est une ignominude.
Le match était truqué, j'en ai la certitude.
C'est une humiliature...
_________________Le peuple des pâtures
Sordidabilisé aura cœur, je le sais,
De relever l'affront. Tous unis, faisons front…

Et pensez à voter pour ma majorité.

La cohabitation ne donne rien de bon.
Voyez sur le terrain, onze moutons ont perdu.
Soyez donc convaincus, persuadés et certains
Que si je jouais tout seul, chaque fois je gagnerais…
Perdre, s'il m'arrivait, point ne ferai la gueule.


L'hirondelle des fenêtres (Delichon urbica) / (31 mai 2002) / «® / ©»