®
Damné, si rétrograde...


Tous les cinquante - un ans,
Nos voisins allemands
Nous font la pénultième,
À défaut de la der.
Une poule comme emblème.
Got mit uns, heil Hitler !
De la perdre, ils s'empressent !
En tout juste cinq ans,
Et quelques millions de morts,
Et des fours crématoires.
Arbeit obligatoire,
Qui rend free ou t'es frit
Bon à rien ou pas fritz.
Les tziganes ad-patres
Pour l'ivoire des dents,
Des recherches sur le chlore.
Détails de l'histoire ?
Peux pas leur en vouloir !
Ça nous fait des congés
En novembre et en mai.
Quelques vieux encore
Ont toujours de la haine
Au monument aux morts
Et détaillent Le Pen.

Mais, l'Europe est en route
Allez ! En avant toute !
Même les révisionnistes
Auront vite gagné
Car l'Europe des marchés
Impose son catéchiste,
Il nous faut un franc fort
Une banque à Frankfurt
Et, bien vite, effacer
Des manuels d'histoire
Tous les faits qui pourraient
Laisser dans la mémoire
Des traces récurrentes
Qui t'empêcheraient d'acheter
La marque concurrente.

Quatre-vingt-cinq millions
De morts, tous achevés
À grands coups de marteau
Ou bien décapités
D'un coup de faucillon
D'une balle dans le dos
Ça vaut bien une datcha
Ou un verre de vodka
La une de la Pravda
Et d'entrer en mafia.

Un milliard de chinois
Et moi et moi et moi
Qui va faire mon marché
De viscères bon marché
Qu'on revend au prix fort.
On les a prélevées
Aux condamnés à mort,
Après qu'ils ont reçu
La balle qui les tuent.
Etienne, Etienne, Amen !
Viens que j'te promène
Sur les bords du Yang Tsé.
J't'achète un T.G.V.,
Deux centrales nucléaires,
Si tu veux bien te taire !

Parlons de l'autre pitre
Qui branle sous sa mitre.
Le donneur de leçons,
Obsédé du caleçon,
La capote à l'index,
Il nous prend pour des niais.
Je n'ai pas oublié :
L'inquise torquemadex,
Les guerres de religion,
L'Irlande orangère
Qui prive de pognon,
Au nom de Dieu le Père,
Ceux qui croient que Marie
Maculée conception :
Un bon millard et demi

On n'est pas mieux loti.
Qu'après les colonies
Pour faire suer le burnous.
C'est qu' des nègres après tout.
Leur piquer le pétrole
Pour nos sacrées bagnoles.
On les a immigrés
Pour faire le sale boulot.
On les fait sans papiers,
On leur tape sur le dos
Et mordre par Saint Bernard.
Quand ils grèvent de la faim,
Attend que ce soit trop tard
Pour leur tendre la main.

Dans hochet, il y a pine
Alors, doucement les basses !
C'est comme dans Chaliapine.
Paraît que t'es couvert
Par de l'immunité
Si, au moment des faits
Qui te sont reprochés,
T'es dictateur pervers,
Au Chili ou ailleurs,
À jouer du revolver
Sur un sale reporter
Qui croit que dans les stades
On ne joue qu'au football.
Alors que dans la nuque
On t'a collé douze balles,
Ou qu'on t'a fait eunuque
Ou d'autres rigolades.
Ah ! Mon bon juge anglais
Comme tu me pues au blair,
Tout comme la mère tas de chair.
Qu'on lui coupe le sifflet !
Et qu'on la fasse bouillir
Dans une sauce à la menthe.
Dans une fosse à merde
Où je m'en irai vomir,
Qu'on la plonge, qu'elle fermente
Avec deux ou trois serbes.

Ceux-là même qui tranchent
Aux enfants, aux vieillards
Les yeux et les oreilles,
Et qui s'en payent une tranche
Quand on annonce trop tard
Une riposte pour la veille
Une bonne résolution
Une frappe militaire
Un procès exemplaire
Deux cent mille réunions
Avant l'ultimatum
Pour réussir la paix
Et donner à Stockholm
L' prix Nobel de la Paix
Á un nommé Milos
Qui te l'a mis dans l'OSCE.
Touche pas à mon Paul Pote
Te diront les Anglais
S'il font jurisprudence
Car, alors les despotes
À la cour de la Haye
Te feront une danse
Une courbette, un salut
Et pendant qu'ils y seront
Te montreront leur cul
Comme un dernier affront.

Mets miaou dans ma chatte
Que j' te l'intifadate.
Hébron, Hébron, Hébron,
Et nous les p'tits rabbins
Qui occupons les terres
Des ces rats philistins,
Ne craignent guère
Les pierres des frondes
Des enfants qu'ont Gaza.
Ils ont des balles rondes
En caoutchouc bien dur
Qui ricochent, bien sûr
Quand on tire trop bas
Alors, percent les fronts
Ou détruisent le foie.

Ils n'ont pas d'autres Shoah.
Deviennent des terroristes
Quand ils sont désœuvrés.
Voudraient pas qu'on soit triste
Parce qu'ils sont enclavés.
Une main d'œuvre bon marché,
Pour que ça dure mille ans,
Valent bien qu'on sacrifie
Deux ou trois fois par an,
Sur une place, un marché,
Des courges, des salsifis
Et accessoirement
Vingt ou trente passants.

Alzeimer a frappé
Les puissants de plein fouet.
C'est depuis leur naissance.
Ils ont le gène qui,
Des facultés d'oubli
Leur code l'arrogance.
Leur ADN comporte
Entre une bombe au phosphore
Ou à trypanosaures
Des gènes de toute sorte
Que nous on n'aura pas :
De la raison d'état
Ou du secret défense,
De la région PACA,
Présomption d'innocence,
Du marché que l'on truque
Du discours qu'on éructe
De l'alliance bidon
De la gauche vers Millon,



et c'est des rats, et c'est des rats !