®
Tsunamitié sincère


Les patrons étaient bien, au pays des Pâtures,
De vrais et beaux salauds, d'authentiques ordures.
Ils mesuraient l'ampleur du désastre à venir
Quand quelques sans-papiers et privés d'avenir
Osaient se mettre en grève pour obtenir enfin
Les cartes de séjour qu'ils demandaient en vain.

" L'intérêt de l'esclave, c'est qu'il se taise surtout.
Qu'une centaine parle et on verrait partout
Des hordes d'exploités dénoncer les pratiques
Qui ont cours dans les champs ou bien dans les fabriques.
Bientôt nous n'aurons plus de petit personnel
Pour nettoyer nos chiottes et sortir nos poubelles.
"

" Personne pour récurer nos assiettes et nos verres,
Se désolait-on dans l'industrie hôtelière.
Personne pour curer nos égouts, nos écouleurs,
Pour monter nos parpaings, conduire nos bulldozers,
Piloter nos ripeurs, nos incinérateurs,
Pour coudre nos futals, nos fringues et nos blazers.
"

" C'est une catastrophe, pour dire un cataclysme.
Il faut sans plus tarder prévenir ce séisme
Et régulariser, très vite, ces sans-papiers.
Ce sont, il faut le dire, d'excellents ouvriers,
Jamais assez malades pour ne pas travailler
Et pressés de se taire pour rester salariés.
"

" Pour des sommes dérisoires et jamais déclarées.
Nous sommes des bienfaiteurs pour tous ces immigrés
Qui font vivre leurs villages au pays des Savanes.
Imaginez un peu toutes nos usines en panne…
Et c'est un tsunami qui frappe la Terre entière !
Sauvons nos sans-papiers pour sauver nos affaires.
"

23 avril 2008 / «® / ©»