®
Le bon thon pour chanter ?


Il arrivait parfois au pays des Pâtures
Que quelque maladie touchât la géniture
Des moutons ou des bœufs, des loups ou des renards,
Des oiseaux, des grenouilles, même des espèces rares…

Les agneaux ou les veaux, les cheaus, les têtards
Mouraient rapidement quoi que fissent le potard,
Makháôn* médecin, ou le vétérinaire,
Car c'était génétique et donc héréditaire.

Cela touchait le muscle, le rognon ou le ris
Le cœur ou le cerveau, le nez, le clitoris,
La côte découverte, le jumeau ou le gîte,
Le neurone bipolaire ou le mélanocyte.

Cela ne concernait que deux ou trois malades,
Qu'on soignait de son mieux : jambon et marmelade.
La recherche médicale ignorait leurs tourments
Et pas un seul kopeck pour un médicament.

Jusqu'au jour où l'on vit au bocal à poisson,
Se mettre en place un jeu pour attirer des dons.
Et d'année en année, on donna davantage…
C'est ce que disaient les instituts de sondage.

Au pays des Pâtures, l'État ne donnait rien.
Mais Virus** envoyait, ça ne lui coûtait rien,
Pécora***, son épouse, pour qu'elle vienne chanter,
Et pour son mal de tête, réclamer un cachet.

" Je suis venue vous dire : j'ai un très grand espoir !
Virus me l'avait dit, mais vous êtes bien des poires.
Je ne le croyais pas. Fallait que je le visse.
Je pensais qu'on donnait par crainte des sévices.
J'ai un très grand espoir pour mon mari et moi.
Il pourra vous taxer davantage tous les mois,
Diminuer vos salaires, vos pensions, vos retraites,
Ou les remboursements pour les maux, le diabète,
Les maladies du cœur, le stress, le burnout…
Augmenter le gazon, l'avoine et le mazout…
Les impôts que paieront les parents isolés…
On va se faire un max de pognon et de blé !
Et surtout, fin des fins, procéder subtilement
Pour faire que l'État se dégage complètement
De toute action sociale ou sur la pauvreté…
Les restaurants du cœur ouvriront toute l'année.
Et pour les maladies qu'on ne sait pas soigner,
Le bocal pour les thons saura y suppléer.
J'ai un très grand espoir, il faut donner : Donnez !
Voyez dans les chaumières, on pleure, la goutte au nez.
Les dons serviront bien à chercher des remèdes,
Breveter tous les gènes des plantes, de l'andromède,
De l'androsème aussi, du manioc et du riz
Que nous vendrons alors carrément hors de prix.
Pour vous soigner, faudra que vous trouviez de l'aide
Ou que les pauvres donnent… Faudra bien qu'ils s'entraident ! "

" Je reviendrai chanter, c'est promis, c'est juré…
Sauf si vous me pendez à un croc de boucher.
"

10 décembre 2008 / «® / ©»





* Makháôn est un médecin réputé sur les Pâtures.
** Virus est l'actuel président des Pâtures.
*** Pécora est la brebis transalpine qui sert de compagne officielle pour Virus.