®
Spéculum providence…


Aux Pâtures régnait la décohésion sociale.
Les élus de Virus* trouvaient toujours normal
De voter des lois qui ne profitaient qu'aux riches
Ou aux spéculateurs s'ils perdaient leur artiche.
Qu'il advienne qu'un mouton du pays des Pâtures
Se blesse en travaillant ou respire des phosphures…
Qu'il guérisse, ait une rente, elle serait taxée ;
S'il mourait, une amende, pour l'avoir fait exprès.

Les bœufs sur les Pâtures n'avaient plus rien à dire.
Leur parti moribond finissait de mourir.
Génisse** la bougresse et Dorade*** s'étripaient.
Génisse avait gagné à trente-cinq voix près
Et régnait sans partage sur la moitié à peine
Des militants ridés et des brebis bréhaignes.
Dorade n'entendait plus que sa voix intérieure
Qui l'avait laissée sotte dans les grandes largeurs.

Les bœufs, pour leur défense, avaient des éléphants
Qui s'étaient tus au lieu de jouer de l'olifant
Pour couvrir les discours et la voix de Virus,
Assez fort, quitte à se faire péter les sinus.
Non contents de se taire, ils avaient même trahi
En votant, pour des lois, comme des culs bénis
Alors que les Pâtures souhaitaient le contraire…
Cette gauche faisait peu cas de tous ses prolétaires.

Putois4* se déclarait anticapitaliste
Et créait un parti circonvolutioniste
Dont le but serait de critiquer seulement
Toutes les mesures prises par le gouvernement.
Pas question de rentrer, même un peu, aux affaires
Lesquelles s'accordaient mal aux luttes ouvrières.

Blanchon5* rompait avec les socio-démocrates
Pour la raison qu'à gauche, ils étaient tous à droite.
Il créait, lui aussi, un parti politique
Dont il voulait qu'il fut de la gauche authentique
Pour lutter contre le libéralo-fascisme
Que Virus installait au nom du maurrassisme.

Blanchon offrait, dès lors, aux Pâtures, des ruades
Qui l'eussent sorti, un peu, de cette marmelade
Dans laquelle les moutons et les bœufs s'engluaient,
Apathiques et soumis, pire qu'anesthésiés.

D'aucuns prenaient espoir. D'autres fourbissaient leurs armes.
Tous avaient bien conscience que les cris et les larmes
N'avaient que trop duré. Qu'il fallait que ça cesse.
Que Virus, dans la fosse, pour toujours disparaisse.

8 décembre 2008 / «® / ©»




* Virus est l'actuel président des Pâtures.
** Génisse est l'actuelle secrétaire du parti des Boeufs
*** Dorade a été battue au second tour des présidentielles par Virus.
4* Putois distribue des tracs aussitôt qu'il cesse de distribuer des plis.
5* Blanchon est le fondateur du parti sénestre.