®

La soupe à la grimace.




Blanchon* était un singe de la race des magots,
Pas de ceux qu’on amasse jusqu’à l’heure du tombeau,
Mais de ceux qui vivent libres au pays de l’Argan,
Du Ghassoul, du Henné et des déserts brûlants,
Des montagnes enneigées, des oueds asséchés,
Des plaines et des forêts jusqu’aux rivages salés.

Maintenant qu’il était plus haut dans les sondages
Les Bœufs, les écolos partaient à l’abordage.
Pour lui nuire ; Tous les coups, même dessous la ceinture,
Étaient bons… Son facies, ses mimiques, ses postures
Lui valaient des moqueries et même des injures…
Colombin**, une merde, poussa la forfaiture
À laisser entendre que, au pays des Pâtures,
Blanchon installerait une de ces dictatures
Où des millions de bêtes sont tuées sous la torture
Ou bien rééduquées si elles ont la tête dure.

Chlordéconne***, la patronne des patrons aux Pâtures
Disait qu’elle avait peur, sachant de source sûre…
- Elle dirigeait l'OPIF, l’institut de sondage… -
Que Blanchon dépassait, sans aucun truandage,
Virus4* au premier tour qui prendrait une veste
Au grand soulagement de ceux qui le détestent.

Car les bêtes faisaient front. Elles prenaient le pouvoir.
Elles repoussaient le joug, renversaient le pressoir,
Marchaient vers la lumière pour oublier le noir
Dans lequel elles vécurent, et retrouver l’espoir
D’une vie fraternelle où l’animalité
Prendrait enfin le pas sur la bestialité.

1er avril 2012 / «® / ©»




*Blanchon est candidat à la présidence des Pâtures.
**Colombin est le maire de Tygre
***Chlordéconne préside le MODIF et l'OPIF et réciproquement.
4*Virus est un bandit et devrait être empêché.