Cache misère en trompe l’œil
®

Cache misère en trompe l’œil

Scorpion, dessous la pierre où il se camouflait,
Venait de recevoir un sérieux camouflet
De la part des gardiens de la Constitution
Qui veillaient sagement sur la profitation
Afin qu’elle jouisse sans la moindre anicroche
Aux riches et aux nantis, pour qu’ils fassent bamboche,
Se gavent de mets rares avec de la bidoche
En gardant, toujours prêtes, des malles et des valoches
Emplies d’or et d’encens, de myrrhe et même de quat
Pour le cas où il faudrait qu’ils se carapatent
Pour échapper au fisc et franchir la frontière
D’où ils pourraient alors déclencher une guerre
Qui occupe les pauvres pendant qu’ils s’entretuent
Jusqu’à ce qu’ils réclament des coups de pied au cul
Comme salaire de misère, de marcher sous le joug
À grands coups de baguettes et tendre l’autre joue.

Scorpion riait sous cape, se tapait sur les cuisses :
« Je suis fourbe, le meilleur, cette Lacuna legis
Tombe à pic pour que je ne tienne pas cette promesse
De taxer les plus riches jusqu’à la peau des fesses…
Je savais qu’une taxe à soixante-quinze pour cent
Cela ne tiendrait pas la route bien longtemps…
Pas même assez longtemps pour que les riches aient peur
Pour leur pèze ou leur blé et s’en aillent tous en chœur,
Au-delà du Quiévrain, au pays des Moules frites…
Je voulais que Blanchon passât pour une vraie bite
Avec sa réforme progressive des impôts
Laquelle aurait fait mal à tous ces saligauds
Qui se goinfrent, nous arrosent pour qu’on soit dans l’Histoire
À la condition qu’on ne leur fasse pas d’histoires…
Qu’on les laisse exercer le véritable pouvoir
Nous devant, eux derrière et toujours dans le noir.
»


30 décembre 2012 / «® / ©»



*Scorpion est le président des Pâtures.
*Blanchon est un des responsables du parti Senestre.