®
Sévices d'ordre


Sous le règne de Virus*, ses chiens, les policiers
Avaient tous les droits même celui d'aboyer
Ou de lever la patte pour vous pisser dessus,
De feindre une blessure en vous cognant dessus,
Qu'un toubib complaisant qualifierait de suite
En arrêt de travail vous valant des poursuites
Ou de fortes amendes et des indemnités
Auxquelles des juges soumis sauraient vous condamner
Pour outrage en osant leur poser une question
Ou si vous répondez, au moins pour rébellion.
Et si vous vous taisez, pour entraves manifestes
Qui valent garde-à-vue dans un cachot empeste.

Et si vous êtes issu du pays des Savanes,
Vous aurez droit aussi au coup de pied de l'âne,
Au sac sur la tête, aux menottes qui vous scient
Les membres entravés, à la crosse du fusil
Qui vous casse le nez dans le fond de l'avion
Où vous serez jeté. Délit d'immigration.

Et s'ils vous tirent dessus alors qu'ils sont beurrés
La légitime défense sera vite invoquée,
L'assassinat bientôt sera requalifié
En violence nécessaire compte tenu des faits.
Car être assermenté, justifie les mensonges
Et tous les manquements à la loi qu'on éponge.

Tous ces chiens qui ne savent ni lire, ni écrire,
Valent bien ceux dont ils sont devenus les sbires.
Virus peut se cacher derrière des boucliers,
Les bœufs et les moutons ne doivent pas oublier
Que le temps pour lui de rembourser la facture
Sonnera à son heure au pays des Pâtures.

2 juin 2008 / «® / ©»



* Virus est l'actuel président des Pâtures.