®
Sécuritaire Minus


Virus* n'en pouvait plus de se tenir la panse.
" Le peuple des Pâtures est trop con, quand je pense,
Que je fais, comme je veux, des lois sécuritaires
Au moindre incident sur des porte-caténaires.
"

" Je déploie mes pitbulls et Mammouth** me suit…
Elle me précède aussi et même renchérit
Aussitôt qu'on arrête trois blaireaux, deux belettes
Qui vendent des poireaux ou quelque poire blette,
Au prétexte qu'ils lisent Poucet, Chaperon rouge,
Des œuvres subversives qu'on trouve dans des bouges,
Surtout dans des campagnes tellement reculées
Qu'elles ne savent même pas qu'on les a oubliées.
Sauf pour faire des descentes, avec des chiens en manque
Qui bavent, reniflent et mordent pour retrouver la planque
Du haschich et du khat, des blagues Carambar,
Qu'on lit à la récré plutôt qu'on se bagarre,
Sur des élèves qu'on fouille, le nez dans la culotte…
Avoir peur est très sain quand on vit sous la botte.
"

" J'adore les gardes à vue, mes pitbulls en profitent
Pour humilier les bœufs, leur mesurer la bite,
Fouiller leur fondement, prélever l'ADN,
Leur montrer qui est fort et qui a de la haine,
Les frapper assez fort pour justifier l'outrage
Ou bien la rébellion s'ils font un dérapage…
Car, de bien entendu, je couvre les bavures…
Les pitbulls sont parfaits au pays des Pâtures.
Les morts l'auront été, en légitime défense,
Surtout les sans-papiers, tous de sale engeance.
Les juges sont à ma botte ou bien je les démets.
Et je tiens par les burnes, députés et préfets.
J'ai des dossiers sur tous. Je sais leurs perversions,
Leurs magouilles, leurs intrigues et leurs compromissions.
"

" Je sais leurs habitudes, dans le lit, dans le bain.
J'ai plein de beaux cahiers, tous écrits à la main,
Par mes services secrets et mes espions fidèles.
C'est comme ça que je peux tirer sur mes ficelles.
Bouger mes marionnettes, ça me colle plein de tics,
C'est ça qui me permet de faire ma politique.
Je profite du moindre fait-divers mineur,
De la moindre émotion qui ne vaut pas un pleur,
Pour proposer de suite une loi tout exprès
Pour régler le problème et le coupable, lyncher.
Ça marche à tous les coups, car tous les godillots,
Députés et barbons sont d'abord des fayots
Représentant surtout leurs propres intérêts
Et votant, en conscience, pour moins de libertés.
"

" Haro sur le voleur, le tueur et l'agnophile.
Le peuple des Pâtures ne sent pas qu'on l'enfile.
Il ne voit pas comment je lui pique son salaire
Au profit de mes seuls amis les actionnaires.
Il ne voit pas comment je lui pique sa retraite.
Comment il lui faudra, un jour, payer la dette
Pour les cadeaux fiscaux et les soutiens aux banques,
Quand les caisses sont vides et que le travail manque.
Qu'il lui vienne à l'idée de descendre dans la rue :
Je serai inflexible, lui tirerai dessus.
C'est la raison qui veut que je soigne la police,
Que j'installe la terreur et prépare au supplice,
Avant qu'un jour, le peuple découvre, sans mes cothurnes
Que je suis bien petit et fasse parler les urnes.
"

11 décembre 2008 / «® / ©»




* Virus est l'actuel président des Pâtures.
** Mammouth, dite MAM, est la ministre de la Chasse aux Nébulogauchanarchistes