®
Ça r' commence…


Les moutons des Pâtures étaient bien tous des veaux.

" Broutez plus pour chier plus : vous aurez gazon beau ! "
Et s'il ne pousse plus, le bambou n'est pas cher…
Nous le ferons venir par porte containers
Du pays des Pandas. Vous aurez bonne mine,
Surtout s'ils y ajoutent un peu de mélamine. "

" L'avantage des bambous, c'est que les bas salaires
Sont encore trop élevés pour crier la misère.
Cela justifie donc que j'ampute vos retraites
Et ne rembourse plus vos soins pour le diabète.
Je détruis à jamais tous les services publics
Pour la raison qu'ils sont de nature diabolique.
L'école obligatoire, gratuite et laïque,
La santé, les transports, les musées bucoliques,
L'assurance-maladie et l'aide aux démunis,
Du pays des Pâtures, doivent être bannis
Pour la raison première qu'ils donnent l'illusion
De gommer l'injustice que mérite la nation. "

" Fini les déficits, exit les fonctionnaires…
Je ne garde près de moi que les hordes policières.
Tous les services marchands iront à mes amis
Qui sauront, au moment opportun, dire merci. "

" Des moyens financiers retrouvés pour la crise
Sauveront les banquiers et les chefs d'entreprise.
En son nom, je pourrai amplifier mes réformes,
Imposer, au travail, un code selon mes normes :
Un revenu actif pour ceux qui seront sages
D'accepter sans broncher un contrat d'esclavage.
Vive le travail au noir et les petits boulots. "

" Pour forcer les bœufs à posséder une auto,
Je ferai ce qu'il faut pour installer la peur.
Partout sur les Pâtures, ce sera la terreur.
Je ferai arrêter les anarcho-gauchistes,
Foutre à poil et tousser même les journalistes.
Je ferai des procès aux juges s'il le faut
S'ils ne condamnent pas, surtout à l'échafaud,
Ceux qui osent me défier et me porter outrage,
Ceux qui m'envoient des piques et tous ceux qui m'enragent. "

" Je ferai travailler les brebis cacochymes
Jusqu'au jour de leur mort, même si elles sont infirmes.
Les lions et les gazelles, du pays des Savanes,
Seront recrutés pour déverser du Lindane…
Car mourir d'un cancer, c'est bien mieux que noyé
Surtout si c'est avant d'avoir pu travailler !
"

Les moutons des Pâtures étaient bien tous des veaux,
Oubliant, faute de cornes, qu'ils avaient des sabots.

7 décembre 2008 / «® / ©»