®
La sarcelle marbrée (Anas angustrirostris)



Faut s'appeler Titan pour accéder enfin
À ma mare minuscule, oubliée sous le ciel,
Surtout par voie de terre, ou à mouiller son cul…
Car par la voie des airs, ce n'est qu'un jeu d'enfant.
Il vous faudrait des ailes, mais vous n'en avez point.

Surtout pour ne me voir qu'un aussi bref instant,
Quand arrive le soir, presque au soleil couchant,
En plumage d'éclipse et même à contre-jour,
Quand je sors des roseaux et fais un petit tour,
Une demi-ellipse et me cache aussitôt.

Car de tous les canards, je serais le plus rare
Et même le plus secret. Je serais un cas rare,
Puisque je suis marbrée, que j'aime plaisanter
Et rire à mot couvert…

Rien là qui soit bizarre puisque je vis cachée,
Jamais à découvert.

*