®
Je ne crois pas en dieu et c'est réciproque.



Bernique*, fille de Loup**, collée sur son rocher
Était, bien sûr, ouverte au monde et ses idées
Par le faible interstice dessous de sa coquille
Étanche au moins autant que l’est une écoutille.

Elle avait pris la place de son père sénescent,
Ce qu’il était déjà à peine adolescent,
Animé par la haine des autres, des étrangers
Ce qui démontrait qu’il était fort dérangé.

Il éructait, bavait et déversait sa bile,
Savait souvent aussi mettre en plein dans le mille
Instillant dans la tête de quelques imbéciles
Ce qu’ils voulaient entendre pour se croire moins débiles.

Les gazelles, les chameaux, les lions et les vautours,
- Ces derniers, à l’entendre, ne valent rien au four -
Étaient, bien entendu, coupables de tous les maux
Justifiant qu’on les gaze ou sorte l’échafaud.

La violence, le chômage ou bien l’agnophilie
Ça venait des migrants, de leurs mœurs avilies.
Barbons et députés publiaient maintes lois…
Prouvant, qu’en ses idées, Virus*** ajoutait foi.

Le déclin des Pâtures, c’est l’Euromembrement.
Les Pâtures souveraines et armées jusqu’aux dents
Pour bouter l’ennemi loin de nos brebis pucelles,
Conviendront à Bernique, ma fille, ma patelle…

Laquelle, intronisée, s’en prend aux dromadaires
Quand ils prient à genoux avec le cul en l’air,
Encombrent les allées, pire que les doryphores
Qui guerroient nos patates et sont vite pléthore,

Comme le seront bientôt les paumés des Pâtures
Depuis quarante années aux mains de pourritures.
Virus bat des records. Boute en train ferait pire
Et la plupart des autres mentent comme ils respirent.

Bernique ratisse large. C’est du troupeaupulisme,
Écrivent tous ceux qui croient qu’ils font du journalisme
Quand ils lui font sa couche et sa notoriété
Auprès de ceux qu’ils plongent dans la médiocrité…

Ou pire dans l’impuissance et le manque de repères…
Quand voter vous dégoûte, surtout pour des gangsters
Qui vous pillent et se goinfrent, pour un non, font une crise,
Pour un oui, ils vous baisent, pas même par traîtrise !

Le chaos ou Bernique, le confort anomique,
Quelques rots chlorhydriques, quelques pets méthaniques,
Quelques poussées pelviques et le mouton radieux
Voterait pour un pape qui ne croit pas en dieu.
2 février 2011 / «® / ©»




* Bernique succède au Loup son père à la tête de son parti d'extrême droite : la Guilde pastorale.
** Loup fut longtemps président du parti d'extrême droite : la Guilde pastorale.
*** Virus est l'actuel président des Pâtures.