®
Le râle d'eau (Rallus aquaticus)


Quand les dieux eurent fini de créer les oiseaux...
La deuxième mouture, car les trois prototypes
Connurent des ennuis et cassèrent leur pipe,
Au cours d'essais en vol où dès leur premier saut,
Ils s'écrasèrent au sol à l'ère secondaire
Et furent fossilisés sur des plaques calcaires.

Quand les Dieux eurent fini de créer les oiseaux...
Ils firent le décompte de leurs spécialités,
Vérifièrent que les niches étaient toutes occupées.
Ils s'aperçurent alors qu'au peuple des roseaux,
Qui comptait des marouettes, des foulques, des bécassines…
Ils avaient oublié mon moule dans la bassine.

Les Dieux se réunirent pour un conciliabule,
Car pour faire les oiseaux, ils avaient épuisé
La matière première qui était constituée
De chair de dinosaures, de toutes leurs molécules…
Et pour autant d'oiseaux, il en fallut beaucoup.

Il n'y en avait plus, mais alors, plus du tout.

Il n'y en avait plus. Les Dieux eurent beau chercher
De la cave au grenier, sur toute la Pangée…
Il n'y en avait plus et longtemps les savants
Poseraient la question de cette extinction.

Quelle en fut la raison ? Comme ça ... subitement ?
En moins de dix années ou alors en millions :
La comète qui s'écrase ou bien la météo. ?

Personne ne fait jamais l'hypothèse des oiseaux...

Laisser une niche vacante, surtout dans les roseaux,
C'était bien sûr, à terme, des problèmes colossaux,
De transfert de matière, d'énergie renouvelable
Et de pullulation d'insectes et d'escargots
Pour lesquels, c'est fatal, il manquerait l'oiseau,
Qui les mange sûrement, les invite à sa table.

Les Dieux, bien embêtés, se grattaient tous la tête.
Il leur fallait trouver, le plus vite possible,
Aux chairs des dinosaures, un palliatif honnête
Qui puisse faire un oiseau qui fût aussi crédible.

Dans un labo voisin consacré au tertiaire,
Quelques Dieux affairés créaient des mammifères.

À l'heure du café ou de la pause quatreur,
L'un d'entre eux s'écria : __ Eurêka, quel bonheur !
Je viens de mettre au point un gros animal rose,
Qui grogne, cachie partout et ne vaut pas grand-chose,
Sauf à faire des pâtés auxquels faudra surtout
Rajouter de l'alouette afin qu'ils aient du goût.
De plus, cet animal vient de faire des petits
Qui sont assez petits pour remplir tout le moule.
__

Sitôt dit, sitôt fait. Un bébé est saisi,
De force, on l'injecte. Dans la forme, on le coule.
L'animal se débat et pousse de vilains cris.
Il cède finalement et me voilà fini.

C'est depuis ce temps-là que je suis, sur la terre,
Le seul oiseau qui crie comme ce mammifère.
Vous l'appelez cochon on bien encore pourceau...

Alors quand on m'approche, j'ai peur que l'on m'égorge
Ou pire encore, peut-être, qu'avec mon gras de gorge,
On me moule à nouveau dans un nouvel oiseau.

*