®
Le ragondin (Myocastor coypus)



Le lac de Salagou se niche dans les bauxites.
De grosses turdoïdes rousserollent dans l'herbe
Et gutturent des chants que des grenouilles imberbes
Reprennent en coassant quand l'amour les excite.

Des perdrix piètent en rouge sur le rouge de la roche
Qu'attaque l'érosion qui agrandit les failles
Et creuse des canyons où les fleurs s'accrochent
Encore aux pédoncules et aux petits détails
Qui distinguent sûrement les espèces très voisines.

Autrement les insectes pourraient bien se tromper,
S'ils abusent de nectar, féconder des cousines
Juste issues de germain aux gênes apparentés...
Je ne sais pas très bien si c'est des écotypes
Dont on parle ou bien sont-ce des génotypes?

Un coucou geai surveille des choucas dans le doute.
Ils transportent des rames dans des trous de platanes,
Qui avancent en saillie au milieu de la route,
Au point même de gêner le passage des ânes.

Quand arrive le soir et monte la fraîcheur,
Quand les moustiques sortent et font fuir les pêcheurs,
Nous quittons les roseaux, nos abris et nos caches
Et pâturons pâquis et gazons que l'on mâche.

Nous sommes très confiants et même avec excès
Puisque nous pacageons jusqu'au pied de vos pieds.

Nous ne bougeons qu'à peine pour vous laisser passer
Et nous nous asseyons comme pour vous menacer.

Nos incisives jaunes, tachées de nicotine,
Vous couperaient un doigt que même la seccotine
Ne recollerait pas.

______________Mais nous sommes placides,
Imperturbables et dignes, car fils des Tyndarides.

Si au Castor fiber, nous sommes apparentés…
De Pollux, il nous manque à la fois les poils longs,
Le manège enchanté, le ressort Zébulon...
Bien sûr, à la télé, d'amuser les enfants !

*