®
La pyrale du maïs (Ostrinia nubiliaris)



Dîtes-moi, est-il vrai, qu'à cause de mes chenilles
Qui rongent les maïs, les laissant en guenilles,
Je fus à l'origine des recherches génétiques
Qui mirent sur le marché les plantes transgéniques ?

Il y a cinquante ans, j'étais de ci, de là,
Inconnue des bouseux qui, seulement pour moi,
Semèrent le maïs sur des millions d'hectares.
J'étais dix, je fus cent et je devins milliards.

Comment imaginer que c'était pour les vaches ?
Naïve, je croyais qu'elles pâturaient les prés,
Dactyles et pâturins qu'elles mâchent et remâchent,
Embaumant l'atmosphère de pets méthanisés.

Comment imaginer qu'elles devinssent carnivores
Au point que les prions, un beau jour, les dévorent ?

Que l'homme qui pense avoir tous les Dieux dans ces gènes
Vive assez pour crever de tous ses O.G.M !

*