®
Le polatouche (Pteromys volans)



Voilà, vous m'avez vu. Vous n'en verrez pas plus.

Quelques mètres en planant me permettent en l'instant
De franchir un espace si vite qu'à peine vu,
J'ai déjà disparu.

Une éternité passe… Vous aurez beau chercher
Dans le haut des frondées des bouleaux finlandais…

Apercevoir mon nez voudrait que vous ayez
Les yeux d'un félidé… Aussi que vous soyez
Un peu plus obstiné.

Comme je ne vous vois plus… vous avez disparu !

Je descends prudemment et me glisse doucement
Dans le trou accueillant d'un pic, assurément,
Pour passer la journée…

Votre pipe, allumez !

*