®
L'alouette pispolette (Calandrella rufescens)


Il arrive parfois que les Dieux vous bénissent
Quand ils veulent consentir que dans un même endroit
Tant d'espèces d'oiseaux, un jour, se réunissent
Au point de douter fort de croire à ce qu'on voit.

Vous vous étiez perdu dans ces immensités…
Pour vous trouver devant ma lagune oubliée.
Le ciel, la terre, la steppe et même le marais,
Rien ne les distinguaient de la Méditerranée

Des cochevis théklés s'agacent sur des levées.
Des bandes d'étourneaux bruissellent dans les roseaux.
Ils sont unicolores, tout de noir habillés,
S'envolent bruyamment et tournent sur les eaux.
Une troupe de canards bossus comme Lagardère
Jouent à cache-cache puisqu'ils passent derrière
Des herbes qui touradonnent et mollement se penchent.
Ils ont le corps marron, le bec bleu, la tête blanche.
Des sarcelles marbrées courent en volant sur l'eau.
Elles règlent à l'évidence une question de frontière
Entre leurs territoires, mais sans se faire la guerre.
Elles se posent et agitent leur tête de bas en haut.
Des foulques caronculées et des talèves bleues
Vaquent à leurs affaires comme si de rien n'était.
Curieuses comme des pies, elles viennent à vos pieds,
S'agitent vivement avec des tics nerveux.

Il y a des spatules et des cigognes blanches,
Des hérons empourprés auprès des flamants roses,
Des rémiz pendulines.
Une lusciniole se pose et comme un rossignol,
Alerte sur une branche.

Vous aviez, ce jour-là, reçu une leçon
D'endémisme et vécu, en un peu moins d'une heure
La remontée du temps jusqu'à la glaciation,
Et le jubilatoire comme un presque bonheur.

Et moi dans tout cela, est-ce que je vous ai plu ?

Je chantai cependant comme la calandrelle
Avec laquelle, c'est sûr, vous m'avez confondu,
Un instant seulement, car je suis proche d'elle.
Des détails seulement nous distinguent à coup sûr.
Quand je chante, par exemple, ne fais pas le yo-yo.
Le haut de ma poitrine est marqué de rayures.
Pour le reste, j'en conviens, c'est comme deux gouttes d'eau.

Plusieurs martinets pâles se poursuivent en criant.
Parmi eux s'est glissé un autre martinet
Plus petit et surtout, il a un croupion blanc.
Il vous faudra longtemps pour savoir qui il est.
Car dans les livres d'alors, il n'était pas décrit.
Maintenant vous savez qu'il est de Cafrerie.

C'était il y a longtemps, le général Franco
Condamnait vite encore au supplice du garrot.

*