®
Phoque, tove madje !


Mais Blanchon* arrivait du pays des Deux-mers
Où l’arche de Noé, ayant sauvé nos frères,
Accosta, à Tanger, après que la Grande Bleue
Se soit remplit soudain, lors d’un déluge affreux
Qui noya l’Atlantide, définitivement
Et qu’Hercule le coupe de l’Euromembrement...

Blanchon appartenait à la tribu des singes,
Les magots, des macaques bien dotés en méninges.
Son chemin politique n’était pas qu’exemplaire
Et pouvait justifier qu’il puisse ne pas plaire
À tous ceux qui, par crainte, ou pire, par lâcheté,
S’étaient laissé corrompre, s’étaient laissé acheter.

L’important n’était plus qu’il jetât des pavés
Sur des chiens que la rage incitait à baver.
L’important n’était plus qu’il connût des pourris,
Grâce auxquels il put prendre une place au parti
Des bœufs, qui se disait de gauche et trahissait
Les bêtes, trop confiantes, et qui désespéraient.

L’important maintenant était qu’on l’attaquait,
De partout, quoi qu’il dise, ce n’étaient que méfaits,
Sinon troupeaupulisme, erreurs d’appréciation,
Oublis et mémoire courte, persiflage, dérision…
Ça voulait dire sans doute qu’on en avait la trouille !
Que tous les coups tordus vaudraient pour qu’il dérouille.

Boute-en-train**, du parti de Virus***, a l’air gauche.
Génisse4*, qui est adroite, voudrait bien qu’il l’embauche
Pour mieux contrer Dorade5*, libérale libérée
Proche des chèvres au lait cru et coiffées d’un béret.
Tous s’indignent que Blanchon ait quitté leur cocon
Et fasse sa pelote, leur laissant le coton.

À ce stade de l’histoire, le chroniqueur hésite.
Le message qu’il entend est plein de parasites.
La pensée de Blanchon s’ajuste avec le temps.
Le monde est trop complexe que des revirements
Ne soient pas nécessaires pour plus de cohérence.
Rien n’est figé hormis les petits pas de danse

Des valses hésitation qu’on nous sert constamment,
Bourrées des certitudes, des dogmes, des commandements,
Pour lesquels il importe que les peuples se soumettent
Pour leur bien et celui des élus qui s’en mettent
Plein les poches qui débordent comme s'ils étaient patrons.
Le discours est plaisant quand il vient de Blanchon...

Généreux, bien souvent et même s’il s’effiloche,
Il met les pieds dans l’auge et les grosses galoches.
Les peuples oubliés reprendraient-ils espoir ?
Comprendraient-ils enfin qu’ils peuvent tourner l’histoire,
Qu’ils peuvent virer ceux-là qui les tiennent à genoux
À mâcher l’ensilage mélangé à la boue ?

N’ayant ni Dieux, ni maîtres, ni carte d’électeur,
Je ne puis rien faire d’autre que donner au lecteur
Quelques lignes à lire, peut-être à méditer.
Et si l’envie lui prend, sauf cas de surdité,
De les lire à voix haute et même de les crier,
Je saurai, juste à temps, remplir mes encriers.

24 décembre 2010 / «® / ©»




* Blanchon est le co-Président du parti Sénestre lequel présente la particularité de tourner en sens inverse des aiguilles des montres et de remonter le temps.
** Boute-en-train est le Président du Foutre, Manichéisme & Idiosyncrasie (FMI)
*** Virus est l'actuel président des Pâtures.
4* Génisse est l'actuelle secrétaire du parti des Bœufs.
5* Dorade a été battue par Virus au second tour des présidentielles.