La bourse ou le vit
®

La bourse ou le vit

Scorpion se prit la tête et le dard à deux pinces.
« Il faut que je m’en sorte... Avant que ça ne coince…
Les caisses de l’État sont vides, j’en suis conscient.
Le peuple me le paiera de ses larmes et son sang…
Pour qu’il cesse, à la fin, et à cor, et à cri,
De geindre, de réclamer, sans jamais dire merci
Qu’on l’aide, qu’on le rembourse pour le moindre bobo,
Pour élever ses chiares ou s’il perd son boulot.

D’abord je vais réduire le nombre de fonctionnaires,
Diminuer les délais de carence, une affaire !
Cesser de rembourser les arrêts maladie ;
Supprimer des services à l’hôpital, la nuit ;
Instaurer un forfait à la charge du patient
Pour les maladies graves, les yeux, ou bien les dents ;
Supprimer partiellement l’assurance-chômage
Toute prestation aux bêtes atteignant un grand âge ;
Vérifier à deux fois les aides au logement
Qu’on accorde, trop vite, à bien trop d’indigents ;
Fermer des vêleries quand il faut des mouroirs
Pour mieux aménager notre grand territoire ;
Programmer une nouvelle saignée sur les retraites ;
Instaurer qu’on renonce, pour la moindre des dettes,
Aux soins, au dépistage et aux médicaments
Pour toute maladie jusqu’à l’enterrement
Après quoi, je ferai saisir les héritiers
Pour qu’ils paient, paient encore, jusqu’au dernier denier. »


Tant de belles idées gonflaient Scorpion d’orgueil…
« Maintenant que je règne, je peux baiser à l’œil,
La Mante religieuse, dans toutes les positions !
La seule chose qui ne gonfle, c’est la moindre érection. »


07 janvier 2013 / «® / ©»



*Scorpion est le président (gravement contesté) des Pâtures
**Mante religieuse est la compagne de Scorpion. Elle gazouille et pépie beaucoup.