®
Opportunismes



Depuis longtemps, déjà, les affaires politiques
Apparaissent compliquées au peuple des pâtures.
Il ne comprend pas bien et pour quelle forfaiture,
Qu'élus sur un programme d'un parti, et cyniques,
Certains, à peine en poste, retournent leur costume,
Endossent une pelisse et quittent habit de plumes.

Mangouste avait trahi son ami le Piéride,
Lequel tirait sa force sur les fleurs de colza,
Pour rejoindre les troupes, devenir le séide
Du Bélier adulé qui n'attendait que ça…
(Pour des raisons secrètes qui resteraient obscures,
Même à certains moutons du peuple des pâtures…)
Voulut-elle s'éloigner des pelouses amendées,
Tant et plus, de nitrates et d'engrais azotés
Qui rongeaient l'intestin des moutons qui broutaient
Au point qu'ils en gonflassent, risquassent d'exploser ?

Ragondin apparut, mais demeura obscur
Aux yeux de maints et maints moutons sur les pâtures.
Il devint général de campagne du Bélier,
Pour qu'il surnage encore, ne finisse pas noyé.
À l'instar de sa race, (et j'en porte l'augure)
Bélier, quand il voudra, saura bien le piéger
Et le renvoyer pour qu'il redevienne obscur,
Noyé dans le troupeau qui bêle sur les pâtures.
(Je fais l'hypothèse qu'il n'aurait pas de dossiers
Pour museler Bélier… Comment en être sûr ?)

Que Bélier fit appel à Virus m'étonna.
Avait-il oublié qu'il soutint Angora,
Des années plus tôt, quand ils étaient adversaires
Et briguaient tous les deux d'accéder aux affaires ?
Je posai la question à Virus qui me dit :

« Je suis opportuniste, je profite, je survis,
J'inhibe toutes les défenses immunitaires
Des ennemis d'hier, car demain, partenaires.
Je gagne à tous les coups, surtout s'ils sont tordus.
Personne n'en réchappe comme de la fièvre Q !
Que Bélier, mon ami, soit réélu ou non,
Deux ou trois galipettes et une trahison,
M'amènent dans l'instant en position de force
Pour négocier un poste au loup, fût-il féroce.
»

L'oie rieuse (Anser albifrons) / 4 mai 2002__________