®
L'océanite tempête (Hydrobates pelagicus)



La tempête fait rage au large de Doëlan.
C'est la condition pour que j'approche des côtes,
Car sinon, pour me voir, faut être garde-côte,
Capitaine au long cours ou pêcheur de merlans.

Dans le port de Doëlan, la vague se fait clapot,
Agite les annexes et tire les mouillages
Des bateaux à l'abri des risques du naufrage.

Nous sommes une douzaine à voleter sur l'eau.
Nous savons, comme Jésus, marcher sur la surface
Avec les ailes ouvertes, à la manière des anges
Qui l'avaient soutenu quand il fit cette farce
Aux apôtres aveuglés et que rien ne dérange.

Des dizaines de personnes se pressent sur le môle.
Elles ne voient que la mer, qui est, comme d'habitude,
Profonde, froide et mouillée, car seule l'amplitude
De la houle a grandi, puisqu'elle nous vient des pôles.

Personne ne nous remarque. Personne ne nous regarde.

Car tous sont occupés par la grande aventure
Qu'ils vivent en cet instant, le vent dans la figure,
À la barre d'un navire, à braver la camarde.
Mais, aujourd'hui, la mort envole les casquettes,
Détruits les parapluies qu'elle réduit en miettes,
Et referme les portières sur les plus résistants
Qui choisissent de survivre tant il fait mauvais temps.

Il n'y a plus que vous à l'abri d'un muret,
Qui passez votre temps à nous examiner
Sous toutes les coutures et à vous demander,
Car vous ne voyez pas, ce qu'on peut picorer.

Il y a sur l'eau des déchets de toutes sortes,
Des restes de poisson que la marée rapporte,
Des petits crustacés qui forment le plancton,
Des larves de méduses ou de miettes de thon.

Savez-vous qu'en breton, on m'appelle satanig ?

Á ce qu'il paraîtrait, j'attirerais la mort
Quand je suis les bateaux quand ils sont loin du port.

Je regrette beaucoup si je sème la panique
Dans l'esprit des pêcheurs, mais leurs superstitions
Sont vraiment infondées, dépassent en déraison.
Si l'on suit les bateaux, c'est qu'on trouve à manger
Les déchets de la pêche, par-dessus bord, jetés.
Les mouettes tridactyles et les fulmars aussi,
Suivent les chalutiers… Et les fous de Bassan !

Mais j'y pense, tout à coup, voulez-vous mon avis ?
Il faudrait une mascotte à ces pêcheurs crédules,
Peut-être un coquillage du genre crépidule...

__ Seulement, comment faire pour les tenir en vie ?

Ou bien un mammifère pour éloigner Satan…
Le lapin, c'est parfait et surtout, c'est gentil !

*