®
Le fuligule nyroca (Aythya nyroca)


Fuligule, vous pensez ? Cela viendrait de suie.

Cartésien comme vous l'êtes, vous aurez remarqué,
Aux couleurs que je porte, que j'ai dû ramoner
La cheminée des Dieux d'où je me suis enfui,
Vers mon lac de Turquie, pas bien loin de l'Olympe
Et pas bien grand non plus. C'est comme un labyrinthe,
De roseaux, de massettes qui s'avancent dans l'eau,
De plantes immergées puisqu'elles vivent sous l'eau.

Et c'est là que je plonge pour brouter sur les fonds,
Des charas, leurs bourgeons et leurs fruits d'amidon…
Toutes sortes de plantes dont je ne sais le nom
Sur lesquelles broutent aussi des colimnéaçons.

Mais ceux-là sont amers avec un goût de ver.
Souvent je les dédaigne car je les indigère.
Avez-vous remarqué combien mon œil est clair ?
Je fais très attention à ma poche biliaire.

Je niche dans les carex surtout quand l'eau les lèche,
Dans un nid de duvet et de feuilles de laiches
Où je rêve, imagine ma prochaine expansion,
À l'instar du milouin, mon très bon compagnon.

*