®
Narcisse


Le problème de Virus*, c'était ses conseillers
Auxquels on n'avait pas donné de conseillers
Qui eussent, évidemment, prodigué des conseils
Aux conseillers chargés d'apporter des conseils
À Virus qui n'est rien, par lui-même, aux Pâtures,
À l'instar du fromage sans une moisissure.

Prodiguer des conseils valait assurément,
Qu'on eût des conseillers conseillés pareillement.
C'était donc la raison qu'à la fin de la chaîne
On usait, abusait quatre fois par semaine
Des sondages d'opinion pour savoir oui ou non
Quelle bonne réforme ferait chier les moutons.

Et tout était bon pour passer dans le bocal
Et pour faire avaler couleuvres et crotales :
Un jour, Virus voulait qu'on parrainât des phoques,
Idée que les moutons diraient qu'elle est cinoque…
Le lendemain tout juste, les sectes feraient la une,
Idée que les Ministres diraient inopportune.

Parler pour ne rien dire et noyer le poisson
Dans un écran de fumée occupait les moutons
Occupés à bêler, trouvant que le gazon
Viendrait vite à manquer sans une augmentation
De la paye, des salaires ou du pouvoir d'achat…
Même si elles sont vides les caisses de l'État !

Les poissons du bocal ou bien ceux des journaux
Se gardaient bien aussi d'utiliser les mots
Qui eussent défini les actions de Virus
Et sans qu'il soit besoin d'un aussi long laïus :
Bêtises et sottises ou encore âneries
Concurrençaient parfois d'immenses conneries.

Virus réussissait en quelques mois de règne
À faire en sorte que toutes les bêtes se plaignent.
Toutes les espérances et toutes les promesses
N'étaient qu'incohérences et qu'histoires de fesses.
Virus se prenait pour Narcisse au printemps,
Qui n'est beau, guère plus, qu'un petit mois par an.

22 février 2008 / «® / ©»



* Virus est le président des Pâtures.