®
La mésange lugubre (Parus lugubris)


J'habite une forêt fortement clairsemée,
Car les pins, les sapins, dits de Céphalonie,
Les cèdres marocains poussent très mal ici.

Seulement sur l'argile, entre les blocs dissous
Des lapiaz calcaires où leurs racines s'insèrent
Et trouvent en dessous de l'eau qui se faufile.

Je suis une grosse nonnette, si ce n'est ma bavette
Un peu plus étendue, d'un gris très soutenu,
Foncé sur ma calotte, plus clair sur les culottes.

Lugubre ! Quelle idée !

______________Vous ! M'auriez-vous donné,
Ce nom qui sent la mort et qui me fait du tort ?

Mésange des Balkans me plaît assurément.
Pourrais-je vous suggérer que l'on m'appelle nonne,
La mésange au béret... Bien sûr que je déconne !

Pourquoi pas Tiranique ou mésange olympique ?

N'importe quoi, sauf lugubre, car ce nom m'élucubre !

*