®
La mésange huppée (Parus cristatus)


J'aime les conifères, rien que les conifères
Et tous les conifères. Les feuillus, voyez-vous,
Je n'en ai rien à faire. J'allais dire : je m'en fouts.

J'aime les sempervirents, les cyprès, les sapins,
Les tsugas ou les pins, les cèdres, les séquoias…
De la plaine à l'alpin, j'aime les épicéas,
En dépit des aiguilles qui me piquent les chevilles
Et me mettent en guenilles toute la peau du ventre,
Mais j'adore les chenilles qui s'y faufilent entre.

Et je trille tout le temps pour savoir dans l'instant
Où sont tous mes parents perdus dans les branchages.
Ils en font tout autant, tout autant de tapage.

Je me montre volontiers et n'ai guère de secrets,
Sauf quand je vais nicher, car alors la prudence
Est mon souci premier et ma seule défense.

Mais il arrive aussi qu'on trouve mon aimée
Quand elle couve sur son nid. Si je le désapprouve,
Il faut bien continuer d'élever sa nichée.

Et d'ailleurs je le prouve !

*