Un meeting, pas la messe...
®

Un meeting, pas la messe...

Devant des salariés mis à mal par les riches
Et le gouvernement des scorpiosocialiches
Le cul du patronat et la grande finance,
Le parti des Senestres répondait à l’offense.
Car ils étaient nombreux à rejoindre Blanchon*,
Sur l’estrade où ils vinrent, sans paillette ou flonflon,
Tenir le même discours à propos de Scorpion**
Qu’ils jugeaient, sans détour, comme le pire des félons.
Ça n’était pas l’objet de ce premier meeting,
Mais de ne rien lâcher et même faire le forcing
Pour que l’alternative à la politique gauche
Qui menait à l’échec et même à la débauche,
Menée pour le Médif et pour son seul bénef,
Soit reconnue comme seule qui aurait du relief
Et sorte les Pâtures de la crise alibi,
De la dette illicite, agitées à l’envi
Pour que les bêtes aient peur et prosternent l’échine,
Tolèrent l’inacceptable, qu’on leur coupe la pine,
Les prive de toit, de bouffe, qu’on leur botte le cul
Et travaillent juste pour se faire cracher dessus.

Car les partis Senestres sauraient bien, aux Pâtures,
Traquer les financiers et d’autres pourritures
Pour les faire dégorger tant ils s’étaient gavés
Puisque le temps venait qu’il faudrait partager
Le travail entre tous, les richesses produites,
Pas n’importe comment, éviter la faillite
Qui menaçait le monde, le climat, les ressources
Dans les champs, les cités et de la mer aux sources.

Le message était clair. Ne jamais rien lâcher.
Répondre aux questions qui n’ étaient même pas posées…
Inventer l’utopie, croire les chimères porteuses
Pour que les bêtes soient toutes vraiment heureuses…
Surtout rester groupés pour combattre les classes
De celles et ceux qui prônent qu’il n’y a que la casse
Des plus faibles, de leurs droits, qui vaut dans l’existence
Et leurs cadavres abjects, un beau parquet de danse.




24 janvier 2013 / «® / ©»



*Blanchon est un des représentant du parti des Senestres, composé maintenat de 9 organisations.

**Scorpion s'intéresse surtout aux non-évènements comme le retour d'une femelle d'aigle ravisseur des prisons du pays du Peyotl