®
Linceul coup d'un seul !


Au pays de l'Opium, les moutons Karakuls
En avaient, faut le dire, franchement ras-le-cul.
Cela faisait longtemps que depuis l'étranger
Des bêtes malfaisantes venaient pour les piller.

Ce furent les vaches folles du pays de la Rose
Qui furent massacrées comme des pas grand' choses.
Puis il y eut les ours des steppes moscovites
Qui durent se résigner à dégager bien vite.

Ce fut alors le tour de Bison* d'Amérique
Voulant éradiquer ceux qui prient Moabite.
Et voilà que Virus** du pays des Pâtures
Y va de ses renforts pour jouer à l'enflure.

C'est de ça qu'il s'agit. Il veut montrer sa force.
Il agite ses tics et croit qu'il est féroce.
Le pays des Pâtures devient l'envahisseur
Et ses chiens militaires harcelés pour qu'ils meurent,

Leurs dépouilles jetées dans le pandémonium.
Car tous désormais, au pays de l'Opium,
Les chèvres, les chameaux et les grands lévriers
Vont s'unir pour la cause et pour un temps s'allier.

Ceux qui prient Moabite oublieront la charia,
Deviendront modérés afin qu'on les saluât,
Et sauront, de bonne guerre, utiliser les ruses
Qui sauront contrarier l'opération Méduse.

Virus n'est qu'un fat en prétendant, très sûr,
Qu'il annonce le retour du pays des Pâtures.
Dans les pays voisins, les poissons du bocal
Le traitent de zozo ou de Sardanapale.

Le pays des Pâtures aux mains d'un flagorneur
Aura vite tout perdu y compris son honneur.
Déjà il s'est couché, il accepte de ramper.
Bientôt, je le présume, il lui faudra mendier.

30 mars 2008 / «® / ©»



* Bison des Amériques ets le président du pays des Prairies.
** Virus est président des Pâtures.