®
De briques et de broker...


Limande* était championne de nage synchronisée.
C'était une bonne raison pour qu'elle soit nommée
Ministre des finances et des économies
Au pays des Pâtures et de l'emploi aussi.

Limande regardait, comme tous les poissons plats,
Uniquement vers le haut et jamais vers le bas.
Elle vivait en eau trouble. Le monde des affaires
S'accommode souvent mal des eaux quand elles sont claires.

Avant d'être Ministre du pays des Pâtures,
Limande avait connu la finance et l'usure,
La banque, le crédit et l'art de spéculer
Qui font quelques fortunes et tant de pauvretés.

Ce fut donc sans surprise qu'on l'entendit bien vite
Sitôt que le trader mit sa banque en faillite
Déclarer haut et fort qu'il était sans conteste
L'unique responsable des manœuvres palimpsestes

Qui avaient consisté à écrire... effacer...
Réécrire et gommer, sans qu'on puisse contrôler
Les pertes ou les gains inscrits sur son grimoire
Jusqu'à ce qu'on découvre, qu'il serait, dans l'histoire,

Le plus grand responsable des pertes d'une banque,
Laquelle l'avait contraint à jouer impair et manque
Et l'avait trouvé bon tant qu'il était gagnant
Et voué aux gémonies dès qu'il fut perdant.

Virus** et Méhari*** disaient bien la même chose,
Avec grandiloquence, usant d'hypotypose :
" Imaginez l'escroc, seul, chafouin et roublard,
Détournant sans vergogne des dizaines de milliards

Sans penser un instant qu'il pourrait s'enrichir.
C'est sûrement suspect, il faut y réfléchir,
Le condamner d'avance, sa dangerosité
Risque de mettre à mal toute la société.

Les banquiers, on le sait, méritent notre confiance.
Car consacrer sa vie à la haute finance
C'est un apostolat ou mieux un sacerdoce
Qui s'arrose au Pétrus avec un Trabucos.

Imaginez un peu l'intelligence qu'il faut
Quand pour réaliser des profits colossaux
Ils arrivent à vendre à un prix incroyable
Des devises fictives… C'est à peine croyable !

Ce qui l'est encore moins, c'est qu'ils ont des acheteurs
Qui achètent du vent et qui se font du beurre
Qu'ils revendent plus cher aussitôt qu'il est rance…
Ils sont vraiment malins dans la haute finance.

Ils prêtent de l'argent aux bêtes dans le besoin
Et quand elles sont ruinées, c'est-à-dire sur le foin,
Ils se remboursent alors, intérêt principal
Pour ruiner aussitôt quelques autres cigales.

La misère et la peur, la violence et la mort,
Se tirent à coup de dés et constituent le sort
Que connaissent les pauvres à ce Monopoly
Qui mène les Pâtures tout droit à la folie.

Aux émeutes et aux guerres, entre bœufs et moutons
Aux émeutes et aux guerres que nous réprimerons
Bien à l'abri depuis nos paradis fiscaux
Où nous imaginons nos tous prochains complots.
"

31 janvier 2008 / «® / ©»



* Limande, née l'allouette, aurait pu faire l'économie de devenir ministre.

** Virus ets président des Pâtures.
*** Méhari est la garde la plus diplômée des Sceaux de Virus.