®
La lichénée rouge (Catocala nupta)



Les Dieux sur le déclin sentant leur fin prochaine,
Injectèrent aux mortels le sentiment de haine
Dont un moteur puissant s'appelle jalousie.
Ils inventèrent le fric et la ploutocratie.

Avant que partout la démocratie s'impose,
Il nous fallut choisir un roi qui en impose.
Le peuple papillon, libertaire et folâtre,
Refusa pour un temps, ce chef qu'on idolâtre.

Le seul Dieu survivant se mit alors en quatre :
(Ce qui fit, pour un temps, qu'il fut une douzaine).

__ Je vous donne six jours, disons une semaine
Pour vous trouver un roi, sur le trône, qu'on le sacre,
Qu'on le lave, qu'on le rince et qu'il fasse des bulles,
Une bonne politique et sans conciliabule,
Qu'il partage les richesses avec les déjà riches…
S'il advient que parfois, on s'aperçoive qu'il triche,
Trouvez-lui un bon juge, qu'il l'absolve surtout…
Une armée policée pour vite mettre au trou
Quiconque protesterait qu'il travaille pour des clous…
Et pour faire un exemple, le pendre par le cou.
__

Ce Dieu tint son discours pendant plus de cent heures
Afin que l'on aspire enfin tous au malheur.
En partant, il laissa quelques tables de loi…
Que vouliez-vous qu'on fasse ? Nous étions restés cois.

L'un de nous, cependant, en étalant ses ailes
Demanda la parole et nous tint cette palabre :

__ Donnons aux Dieux, un roi. Ne faisons pas de zèle.
Nous opposer à eux, c'est nous jeter dans l'arbre.
Notre seule richesse, c'est le nectar des fleurs.
Point n'est besoin de juges, de soldats, de police,
Pour nous soûler de pollen ou de propolis…
Élisons donc un roi, seulement pour du beurre !
__

Au mot beurre, le citron ne connut plus de joie,
Des papillons anglais, se voyait déjà roi.

Ce fut moi qu'on choisit, à cause de mon habit
(Et mon habileté devant les chauves-souris).
Mon habit rouge et noir, royal en quelque sorte,
Sur les ailes postérieures et caché, je le porte.
Pour le voir, il faudrait que je déploie mes ailes
Antérieures, toutes grises, repliées, parallèles.
Je cache ma beauté, ma souveraineté.

Il faut sortir la nuit pour pouvoir l'admirer.

*