®
Le faucon kobez (Falco vespertinus)


Au bout de l'écoperche, il y a un rocher,
Un rocher fixé par une corde serrée.
À l'autre bout se trouve une corde attachée
Et au bout de la corde qui, en terre, disparaît,
Un gros sac de cuir qui plonge dans un puits.

La perche en son milieu est posée sur une fourche.
Un gros arbre étêté a servi pour la fourche.
Un grand arbre étêté dont le pied est enduit
De céruse blanc de plomb, maintenant écaillée.

Autour du puits, patientent des bœufs aux cornes en lyre.
Leur habit est tout blanc, entièrement en cuir.
La perche pose à terre du côté du rocher
Qui sert de contrepoids à cette balançoire
Qui tire l'eau de la terre et permet de la boire.

Ce qui m'amène ici, ce sont tous les insectes
Attirés par les vaches et leurs bouses qui sèchent.
Elles fournissent des nitrates qui profitent aux plantes
Que rongent des criquets attrapés par des mantes
Que capturent des lézards mangés par des serpents...
Je dévore tout le monde. Ainsi pas de jaloux !
Sauf les vaches, bien sûr, je ne suis pas si fou.

Savez-vous pourquoi on m'appelle Vespertinus ?

Est-ce pour ma couleur qui serait plutôt suie
Comme celle des chats quand arrive la nuit ;
À cause de mes coutumes, autrement dit, mes us ?

J'ai la propension à être crépusculaire.
Mais j'ai de bonnes raisons que je puis expliquer.
Elles vont de pair avec celles, plus compliquées,
Qui pourraient expliquer pourquoi je suis grégaire.

Les bêtes à sang froid, les lézards, les serpents,
Les scorpions, les carabes, les poissons, les crapauds
(Et à ce qu'il paraît, les Anglais comme il faut),
Pour métaboliser, il leur faut des enzymes.
Ces molécules-là fonctionnent comme des usines,
Qui en fabriquent d'autres… C'est comme des ferments.

L'enzyme est un outil et le vivant s'en sert
En solution dans l'eau pour faire des molécules,
Nouvelles et spécifiques, adaptées, génétiques,
Qui servent de substrat aux réactions chimiques ;
Nouvelles et spécifiques, adaptées, génétiques,
Conformes aux lois de la thermodynamique.

Ainsi de suite, pareil et même ad libitum…
Cela vaut pour les plantes, les animaux dont l'homme.
Je ne dis rien des Dieux par peur du ridicule.

Avez-vous tout compris ? Ai-je fait la lumière ?

C'est affaire d'énergie, aussi de cinétique
(de réaction s'entend) et donc de calorique.

Quand les enzymes ont chaud, elles fonctionnent à l'envi
Et quand elles ont froid, elles sont toutes engourdies.
Comme on a le sang chaud, la même température,
Les enzymes des oiseaux sont toujours top-niveau.
Mais celles des criquets ont la vie bien plus dure.
Le matin et le soir, quand il ne fait pas chaud,
Elles font le nerf grippé, le cerveau endormi,
Le foie anesthésié, les tripes assoupies,
En un mot comme en cent, ils sont à nos mercies…
On cueille nos pitances sans le moindre souci.

Si nous sommes grégaires, c'est grâce aux étourneaux
Qui nous ont expliqué l'avantage certain
Que l'on pouvait tirer de la chasse en commun.
Quand une proie fuit l'un, elle est prise illico
Par un autre, voisin, qui la voit qui s'enfuit
Ou un autre, plus loin... Si ce n'est aujourd'hui,
Ce sera pour demain… II faut bien qu'on en laisse
Pour qu'ils se reproduisent... Ce n'est que pure sagesse.

Parce que je suis faucon, je chasse bien sûr au vol,
Au-dessus des roseaux des grosses libellules,
Des perles, des éphémères que la lumière affole,
Ou bien des papillons surtout quand ils pullulent.
Bien que je sois faucon, je chasse aussi au sol,
Car les insectivores savent que les collemboles,
Les criquets, les sauterelles, les grillons, les carabes,
Marchent tous sur le sol, tout comme les coprophages
Qui vivent sous les bouses... C'est vrai pour les scorpions
Que je mange en Afrique… J'y vais en migration.

Quand arrive l'hiver, il faudrait un lainage
Pour survivre ici sur notre Puszta hongroise...
Comme en été, des arbres, pour pouvoir y nicher,
Mais il n'y en a guère, autrement qu'alignés.

Heureusement les freux nous prêteront leurs nids
Juste après qu'ils aient pu éduquer leurs petits.
Ils nichent en colonies qu'on appelle corbeautières.
Les nôtres formeront, après, des fauconnières.

*