®
L'inique acquis ou le laquais inné ?



Les agneaux et les veaux, même les antenais,
Se sont plus abstenus, (on le sait maintenant)
Que les bêtes adultes, surtout les plus âgées.
Les classes laborieuses qui, traditionnellement,
Votaient plutôt à gauche, s'en seraient détournées.

Je ne suis qu'hirondelle, comme mes homologues,
Je ne saurais pas bien, pareille aux sociologues,
Analyser ces faits, tirer des conclusions.
Est-ce possible d'ailleurs, puisque les élections,
Surtout les électeurs se comportent souvent
Irrationnellement.
__________________Je ferais aussi bien
(Si j'en avais le temps) de prouver que les Dieux
Existent quand on y croit et sont une invention
Quand on est mécréant.
_____________C'est un mystère pour moi
De comprendre les choix que font les électeurs,
Sauf s'ils sont militants.

Deux mots, pourtant, m'assaillent : pauvreté, impuissance.
Les classes laborieuses, en quelque vingt années,
Sont devenues plus pauvres qu'elles ne l'avaient jamais
Été auparavant, en valeur absolue
Et en différentiel par rapport aux revenus
Des classes dites moyennes.
_____________Quant à ceux des patrons
Des grandes sociétés, ce sont des parangons,
Si tant est que ce mot convienne en cet instant,
Tant ils sont scandaleux et même malfaisants.

Mais la pauvreté est aussi intellectuelle,
Bien pire culturelle et ne vaut au factuel,
Au bocal à poissons, qu'un mot tous les dix ans
Á une heure tardive quand; les papattes en rond,
Dans une posture lascive, le peuple des pâtures
Rêve en sommeillant qu'il gratte le billet de loterie gagnant.

Les agneaux ou les veaux seraient-ils mieux lotis ?

Ils sont acculturés, sauf de publicités.

J'exagère, il le faut, car je manque d'esprit
Quand je suis en colère puisque l'on sacrifie
Des cognations entières de jeunes sur les pâtures,
Car c'est bien de naissance dont il s'agit, pour sûr.

Les agneaux, quand ils naissent en toison d'astrakan,
Savent que l'héritage les gardera puissants.
Les autres resteront pauvres et surtout impuissants.
Si quelques-uns s'en sortent, c'est par la petite porte
Ou alors en suçant l'agnelle pour sa dot.

Les agneaux et les veaux de condition modeste
Seront le plus souvent (les chiffres en attestent)
Privés de la parole et des mots qui conviennent
Et qui, spontanément, à leur esprit surviennent
Afin que leur discours se comprenne aisément.

Sinon, c'est la violence des coups et des bastons
Qui prend logiquement le pas sur la raison.

Mais si les interdits sociétaux sont puissants,
Que les chiens leur font peur ou qu'ils craignent les coups,
Les agneaux et les veaux se tournent vers le Loup
Qui, s'il perd leur pari, les rend plus impuissants,
Encore plus mal lotis…
________________Jèteront-ils des pierres ?


L'hirondelle des fenêtres (Delichon urbica) / (11 juin 2002)__________