®
L'hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta)


Je n'aime pas la côte ! Une question de climat…
Il me faut des coteaux plutôt ensoleillés,
Entourés de talus couverts d'épaisses haies.
Depuis qu'elles sont coupées, je hais la D.D.A.

Si vous restez tranquille, parfaitement immobile,
Promis, je vous oublie. Je vous donne un concert.

En intro, je vous fais le babil du moineau,
Trois notes flûtées du merle, un peu de l'étourneau,
La rousserolle effarvatte, l'hirondelle des fenêtres,
La fauvette grisette… Celle-là, je l'exècre…

Puis, je me laisse aller. Je débite mes notes,
Sans construction précise. Comprenez, ça dénote
De mon immense talent et quand j'aurai fini,
Je viendrai vous saluer, sauf si vous êtes parti…
Trop fatigué d'attendre la fin de ma chanson.

Je me montre volontiers et même aussi de près,
Ne cache guère mon nid que vous avez filmé.
Avez-vous remarqué quel soin, quelle attention,
Je mets à le construire ?

_________________Mes cousines fauvettes,
Ce n'est pas une critique, font ça à la sauvette.

Vous avez étudié de près nos nourrissages,
Vu comment nos petits apprennent, quand il est temps,
Á orienter la tête d'où arrivent les parents,
Tout ce qu'ils doivent savoir, ce, malgré leur jeune âge,
En douze ou treize jours, dont plus de la moitié,
Totalement aveugles, les paupières fermées.

Mais sitôt qu'elles s'entrouvrent et que le nystagmus
Se trouve confirmé. Alors tout va très vite,
Même pour vous qui passâtes tout le temps sur le site,
Avant qu'on ne s'envole pour rejoindre le Négus.

*