Sabotage !
®
Les hordes sauvages.



Scorpion* se débattait au milieu des fourmis
Qui, toutes, n’aspiraient qu’à ce qu’il soit soumis…
Partout elles le piquaient et jusque sur les couilles,
Tandis que les moutons murmuraient : ô l’andouille !
En rêvant de Bernique**, en rêvant de Vipère***,
En voyant les Pâtures devenir un enfer !

Pour les pauvres, les exclus, les gazelles, les sousliks,
Les chômeurs et les vieux, les jeunes, les faméliques
Et les femelles aussi qui gloussent et qui caquettent,
Pour les faibles, pour les mous, pour tous ceux qu’on raquette,
Tandis que quelques goinfres qui se frottaient la panse,
D’une paille, excitaient les fourmis pour qu’elles dansent.

Pour qu’elles piquent davantage et mettent la pression,
Sur tous les députés, les ministres et Scorpion
Pour qu’ils aillent au-delà des pires félonies
Et fassent boire aux Pâtures la coupe jusqu’à la lie.
Alors, il sera temps pour les hordes sauvages
D’apporter aux Pâtures, la guerre et ses ravages.

Il suffirait pourtant d’un peu de paille sèche
Sur Scorpion, les fourmis et d’allumer la mèche,
Pour que tous ces lobbyistes finissent en fumée
Qu’un petit vent léger aurait tôt fait chasser.
Et tant mieux s’il persiste un peu de leur puanteur
Afin qu’elle nous rappelle à quel prix le bonheur.

11 octobre 2013 / «® / ©»




* Scorpion est le félon à la tête des Pâtures
**Bernique, qui se lève à l'aube dorée, porte plainte aussitôt qu'elle entend extrême droite
***Vipère est le ministre des pitbulls de Scorpion